Recherche et innovation

Programmes de la stratégie RDI 2014-2020

Mis à jour le 14/12/2017

La stratégie Recherche de l’ADEME est structurée en cinq programmes principaux, déclinés en treize programmes spécifiques, en veillant à conserver pour chacun d’eux une approche intégrée.

Programme principal

Programme spécifique

Villes et territoires durables

Cadre bâti : des territoires durables aux bâtiments performants

Transport et Mobilités : des véhicules propres et économes en énergie aux systèmes complexes de mobilité

Systèmes énergétiques intelligents et leurs environnements

Production durable et énergies renouvelables

Écoconception et éco-efficience des systèmes de production

Production, gestion et stockage de vecteurs énergétiques issus de sources renouvelables

Captage et valorisation du CO2

Déchets et matière : collecte, tri, recyclage et valorisation des déchets

Agriculture, sol, forêt et biomasse

Production durable des matières premières agricoles et forestières

Caractérisation, mobilisation et valorisation de la biomasse

Gestion durable des sols et sous-sols, réhabilitation des sites pollués et reconquête des fonciers dégradés, stockage géologique du CO2

Qualité de l'air, impacts sur la santé et l'environnement

Préservation et amélioration de la qualité de l'air

Évaluation des impacts environnementaux et sanitaires, aide à la décision

Énergie, environnement et société

Énergie, environnement et société

Villes et territoires durables

Le programme « Villes et Territoires durables » vise à faciliter la division par 4 des émissions de gaz à effet de serre (GES) à l’horizon 2050 en développant des solutions et technologies pour minimiser les impacts énergétiques et environnementaux des villes et des territoires. Cet objectif concerne particulièrement les territoires urbains, avec la double contrainte qu’aujourd’hui la ville de demain est déjà majoritairement construite du fait de l’inertie du parc de bâtiments et des infrastructures (d’énergie, de transport, de loisir etc.) et qu’à cet horizon les effets du changement climatique seront plus marqués. Il s'agit donc, de participer à l'adaptation et à l'aménagement des villes pour demain en articulant les différentes échelles des systèmes territoriaux : l'îlot ou le quartier comme lieux de proximité, l'agglomération ou l'aire urbaine comme lieux des interactions quotidiens et de choix d'infrastructures, l'aire métropolitaine comme espace d'échanges et de flux de toute nature et d'articulation des réseaux.

Trois entrées sont ainsi privilégiées toujours dans une vision systémique :

  • le cadre bâti du bâtiment à la gestion urbaine ;
  • les transports et mobilités considérant les évolutions des véhicules et de leurs infrastructures ;
  • les systèmes énergétiques territorialisés.

Production durable et énergies renouvelables

A l’échelle de nos sociétés, les quantités consommées conduisent à des émissions significatives de CO2 ou de tonnes de déchets générés. Le programme « Production durable et Energies renouvelables » vise à améliorer l’éco-efficience des systèmes de production, dont la production d’énergie renouvelable, et l’utilisation efficace des ressources.

Le programme répond aux enjeux suivants :

  • rendre les systèmes de production plus efficaces (gain de productivité, moindre impact environnemental), moins dépendants des ressources énergétiques et naturelles, et moins vulnérables aux fluctuations des cours sur des marchés fortement concurrentiels ;
  • favoriser une offre de produits (biens et services) éco-conçus selon une approche multi critères (consommation de ressources, pollution de l’air, de l’eau, des sols, production de déchets, …) appliquée au cycle de vie du produit ;
  • favoriser la conception et le développement de dispositifs énergétiques innovants et résilients au changement climatique ;
  • encourager la transition vers une économie circulaire, en positionnant les filières de gestion de déchets comme un maillon résolument intégré au cycle de vie des matières et en favorisant notamment la substitution de matières premières vierges par des matières premières de recyclage, améliorant de fait l’empreinte environnementale des produits.

Agriculture, sol, forêt et biomasse

Le programme principal « Agriculture, Forêt, Sols et biomasse » a pour objectif de soutenir la gestion durable des sols et sous-sols, et des productions agricoles et sylvicoles tout en favorisant la valorisation de biomasse.

Aujourd’hui, l’enjeu majeur des systèmes de production de matières premières agricoles et forestières est de produire plus et mieux en préservant la qualité des milieux eau, air et sols, afin de pérenniser une ressource naturelle qui est renouvelable. Au vu de la pression exercée sur les biomasses, ressources de plus en plus convoitées pour de nouveaux usages, énergétiques notamment, il devient nécessaire d’utiliser au mieux les biomasses disponibles en optimisant leurs mobilisations et leurs transformations.

Dans ce contexte, le sol est un élément vital pour la production de biomasse étant donné qu’il est un support nourricier. Sa dégradation peut être catastrophique et dans certains cas irrémédiable. Il est donc nécessaire d’apporter un soin particulier à la préservation de la qualité des sols, de développer des moyens pour mieux caractériser les pollutions et d’améliorer les solutions de traitement existantes.

Qualité de l'air, impacts sur la santé et l'environnement

Le programme « Qualité de l’air, impacts sur la santé et l’environnement » cherche à accompagner et évaluer la mise en œuvre d'actions concrètes et efficaces de préservation et d'amélioration de la qualité de l'air, à développer les méthodes d’évaluation multicritères et outils d’aide à la décision pour limiter les impacts des activités humaines et technologies sur la santé et l’environnement, et à mieux connaître les multi-expositions et polluants émergents. Les recherches veilleront à encourager :

  • le développement, l’optimisation et l’évaluation de nouvelles solutions pour améliorer la qualité de l’air, intérieur et extérieur et dans les divers champs d’intervention de l’Agence ;
  • le développement de données, méthodes et outils en vue de mieux qualifier l’impact des actions et technologies soutenues par l’Agence ;
  • la caractérisation des multi-expositions et de leurs impacts sur la santé et l’environnement, ainsi que les risques associés.

Energie, environnement et société

Comment organiser une transition écologique vers une économie sobre en énergie et en ressources, moins polluante, moins émettrice de gaz à effet de serre, et adaptée au changement climatique ?

Diminuer notre consommation énergétique et aller vers une consommation durable permettraient d’y parvenir, mais les progrès techniques seuls ne permettront pas d’atteindre ces objectifs environnementaux. Les Sciences Humaines et Sociales (SHS) contribuent ainsi à observer et expliquer la manière dont les sociétés s’organisent pour produire, consommer, aménager… et plus généralement se développer. Elles ont un rôle important à jouer pour éclairer et soutenir les politiques publiques. Le programme « énergie, environnement et société » ambitionne notamment de :

  • identifier les verrous au changement et à la diffusion de nouvelles technologies ;
  • connaître et analyser les innovations sociales, les « nouvelles » organisations sociales et économies pour en identifier les conditions d’émergence, voire les favoriser.