Recherche et innovation

25 ans du programme Thèses

Mis à jour le 14/09/2017

À l’occasion des 25 ans du programme Thèses et de la sortie du numéro spécial de La lettre Recherche, voici quelques thèses ADEME présentées en vidéo ou en texte par les ingénieurs ADEME, les directeurs de thèses, les docteurs eux-mêmes...

 
François Moisan, Directeur Scientifique et Directeur Exécutif Stratégie, Recherche et International de l’ADEME, expose comment le financement des thèses s’insère dans la stratégie recherche de l’ADEME.
 
Astrid Deporte a mené une thèse sur la caractérisation du fonctionnement d'une hydrolienne à membrane ondulante pour la récupération de l'énergie des courants marins. La doctorante, son co-financeur, son directeur de thèse ainsi que l’ingénieur ADEME en charge du suivi de sa thèse témoignent sur les enjeux et perspectives de cette innovation.
Gérard Blanchard, vice-président en charge de l’enseignement supérieur et de la recherche en région Nouvelle-Aquitaine explique l’intérêt de la région à co-financer les thèses avec l’ADEME Stéphanie Houël, vice-présidente en charge de l’innovation, l’enseignement supérieur et de la recherche en région Pays de la Loire explique l’intérêt de la région à co-financer les thèses avec l’ADEME.
Des cofinanceurs publics de thèses avec l’ADEME. Stéphanie Houël est vice-présidente en charge de l’enseignement supérieur et de la recherche en région Pays de la Loire. Gérard Blanchard est son homologue en région Nouvelle-Aquitaine. Ils expliquent ici leurs visions et leurs motivations respectives pour financer des thèses avec l’ADEME
 
Denis Clodic, Directeur de recherche émérite, Mines ParisTech - ARMINES, présente le fonctionnement des thèses à l'ADEME
 
 

Trois thèses sur les sols urbains

  • « Contribution des sols urbains à l’atténuation du changement climatique : évaluation de la séquestration du carbone et impact sur le bilan de gaz à effet de serre », Aurélie Cambou, 2015 ;
  • « Développement de l’agronomie urbaine pour une prise en compte de la ressource Sol dans les projets d’aménagement urbain », Anne Blanchart, 2015 ;
  • « Constitution de référentiels géochimiques locaux pour les sols et proches sous-sols urbains : de la base de données à l’interprétation géostatistique », Baptiste Sauvaget, 2015.
Aurélie Cambou
Anne Blanchart
Baptiste Sauvaget

 

Isabelle Feix, Expert national Sols, ADEME : « En 2015, l’ADEME a publié un plan d’action sur la gestion durable des sols qui recommande notamment de renforcer les actions de recherche sur la gestion des sols urbains et sur l’artificialisation des sols et ses impacts associés. Inscrite depuis 2015 dans l’appel à candidatures Thèses, la thématique des sols urbains a pu être traitée au travers de trois thèses. »

Plus d’informations : interview d’Isabelle Feix, expert national sols, ADEME


 

Les micro algues, une nouvelle source d’énergie prometteuse

« Amélioration de microalgues à vocation énergétique par pression de sélection continue », Hubert Bonnefond, 2015.

Alice Geudet, ingénieure au Service Forêt Alimentation Bioéconomie à l’ADEME : « La biomasse, dont les algues, représente une source d’énergie et de molécules chimiques alternative aux ressources fossiles. Pour augmenter la productivité des microalgues, et les rendre compétitives sur le marché des biocarburants, une solution consiste à les modifier génétiquement. Cette thèse offre une alternative en déterminant des conditions opératoires pour sélectionner des souches maximisant la production de molécules d’intérêt sans les modifier génétiquement. En appliquant des pressions via les paramètres de culture (température, lumière, nutrition azotée), on peut sélectionner des algues plus productives en lipides pour fabriquer du biodiesel. »
 
Plus d’information : interview d’Hubert Bonnefond (Directeur général, INALVE) sur sa thèse « Amélioration de microalgues à vocation énergétique par pression de sélection continue »

De nouvelles solutions de stockage énergétique

  • « Optimisation de nouvelles électrodes négatives énergétiques pour batteries Lithium-ion : caractérisation de l’interface électrode/électrolyte », Cyril Marino, 2009 ;
  • « Évaluation multicritère des technologies de stockage couplées aux énergies renouvelables : conception et réalisation de la plateforme de simulation ODYSSEY pour l’optimisation du dimensionnement et de la gestion énergétique », Benjamin Guinot, 2010.

Stéphane Biscaglia, ingénieur au Service Réseaux Énergies Renouvelables à l’ADEME : « Les moyens de stockage sont partie intégrante des systèmes énergétiques (carburants, gaz, hydraulique, combustible nucléaire, etc.). Leur principal intérêt est de permettre une fourniture à la demande. La montée en puissance des énergies renouvelables de flux (PV et éolien notamment), mentionnées dans la loi de transition énergétique et les visions de l’ADEME, engendre aujourd’hui de nouveaux besoins de stockage afin d’assurer en permanence l’équilibre offre/demande et les services nécessaires au fonctionnement des systèmes électriques. De nouveaux dispositifs plus performants et moins coûteux doivent donc être développés et mis en service dans des conditions technico-économiques optimales. Les exemples qui suivent illustrent cette démarche. »

Présentation de deux thèses :

Évaluer l’efficacité de politiques publiques de rénovation des bâtiments

Marie-Laure Nauleau
« L’efficacité énergétique dans le secteur résidentiel français : analyse des déterminants d’investissement et des politiques publiques », Marie-Laure Nauleau, 2015.

Marie-Laure Nauleau, à propos de sa thèse : « Le poids du secteur résidentiel dans la consommation énergétique des ménages fait de la rénovation énergétique des logements un enjeu important dans la lutte contre le changement climatique. L’ensemble des barrières auxquelles font face les ménages pour investir dans l’efficacité énergétique de leurs logements invite à mieux comprendre ce qui les conduit à investir. Cette thèse a justement visé à analyser les déterminants de l’investissement des ménages dans l’efficacité énergétique dans leurs logements et également à évaluer l’efficience des politiques publiques de rénovation énergétique, en analysant leur impact à la fois sur la demande et sur l’offre des marchés de l’efficacité énergétique. »


Plus d’informations : interview de Philippe Quirion, Directeur de recherche au CNRS, sur la thèse de Marie-Laure Nauleau

Impact d’un stockage géologique de CO2 sur les écosystèmes profonds

« Impact d’un stockage géologique de CO2 sur les écosystèmes profonds des basaltes et des roches ultrabasiques : monitoring sur site pilote et approche expérimentale », Paul Le Campion, 2010.

Aicha El Khamlichi, ingénieure au Service Recherche et Technologies Avancées à l’ADEME : « L’accord de Paris a donné un signal fort et un cadre légal pour agir contre le changement climatique. L’objectif ambitieux de 1,5 ℃ et le « net zéro émission » à la fin du siècle nécessitent le déploiement d’un panel de technologies bas carbone. Parmi celles-ci, le Captage et stockage géologique de CO2 (CSC) émis par des sources fixes d’émissions telles que les industries de transformation pour lesquelles peu de solutions alternatives existent pourrait contribuer à atteindre les objectifs fixés. Pour un déploiement de cette technologie, il est nécessaire d’améliorer nos connaissances sur le stockage géologique du CO2. Le financement de thèses sur le stockage géologique de CO2 nous permet d’améliorer la compréhension des mécanismes mis en jeu lors de l’injection du CO2 dans le sous-sol. »

Plus d’informations : interview d’Aicha el Khamlichi sur la thèse de Paul Le Campion

De nouvelles méthodes d’évaluation des risques environnementaux sur sites et sols pollués respectueuses de la faune

« Évaluation de l’exposition et des effets des éléments traces métalliques et du parasitisme sur la faune sauvage : contribution au développement d’une approche non létale », Nicolas Tête, 2010.

Cécile Grand, ingénieure au Service Friches Urbaines et Sites Pollués à l’ADEME : « Dans le cadre de l’animation de la recherche sur les sites et sols pollués, l’ADEME soutient des travaux de recherche dans le domaine de l’évaluation des risques pour les écosystèmes depuis une vingtaine d’années et plus particulièrement le développement d’outils de mesure des transferts dans les chaînes trophiques terrestres et les effets sur les individus. Ce projet de thèse s’inscrit parfaitement dans les priorités de recherche de l’ADEME et contribue à l’amélioration des connaissances dans le domaine de l’évaluation des risques pour les écosystèmes sur un site pollué à grande échelle (zone autour de l’ancien site industriel de Metaleurop). »

Plus d’informations : interview de Renaud Scheifler, Maître de conférences – HDR, Université Franche Comté, directeur de thèse de Nicolas Tête
 

Mieux évaluer le risque sanitaire lié à l’exposition aux polluants intérieurs

« Mycotoxines et environnement intérieur : aérosolisation lors de développement d’espèces toxinogènes et développement d’outils de surveillance des habitats », Brankika Aleksic, 2013.
 

Souad Bouallala, ingénieure au Service de la Qualité de l’Air à l’ADEME : « Dans le cadre de l’animation de la recherche dans l’air, l’ADEME soutient de nombreux projets pour améliorer les connaissances des polluants dans l’air, dont les environnements intérieurs. Les moisissures dans les bâtiments et la production associée de mycotoxines dans les bâtis constituent un enjeu fort de santé publique en raison des effets avérés dans la santé. L’exposition aux moisissures dans les bâtiments concerne une part importante des logements : entre 14 et 20 % de logements en France présentent des moisissures visibles.
Le travail de recherche vise à caractériser l’aérosolisation des mycotoxines associée à la colonisation de différents substrats rencontrés dans les environnements intérieurs par des moisissures toxinogènes et à identifier des biomarqueurs de la production effective de mycotoxines utilisables comme outils de surveillance des environnements intérieurs. »

Plus d’informations : interview de Jean-Denis Bailly, Professeur - ENVT1, directeur de la thèse de Brankika Aleksic

Mieux évaluer l'exposition aux microorganismes liée au compostage

« Identification et dispersion des bioaérosols générés lors du compostage », Olivier Le Goff, 2010.
 

Isabelle Déportes, ingénieure au Service Mobilisation et valorisation des Déchets : « Il existe plus de 500 sites de compostage en France et plus de 500 000 personnes habitent à moins d’un kilomètre de ces sites. Le compostage met en œuvre des transformations microbiologiques de la matière organique. Les émissions de ces sites sont des poussières organiques composées notamment de bactéries et de champignons responsables de l’humification des matières. Le travail de recherche vise à définir des indicateurs d’exposition aux émissions microbiologiques des sites de compostage. »

Plus d’informations : interview de Jean-Jacques Godon, INRA, du Laboratoire de Biotechnologie de l’Environnement, à propos de la thèse d’Olivier Le Goff

Mots-clés : PROGRAMME DE RECHERCHE