Particuliers et éco-citoyens

Jardiner sans pesticide

Mis à jour le 03/04/2017

Nous utilisons des pesticides en trop grande quantité, sans prendre conscience que nous polluons le sol, l'eau, l'air et mettons notre santé en danger. Il est possible de jardiner sans produit chimique et d'obtenir des produits de meilleure qualité.

Pour inciter les jardiniers amateurs à changer de comportement et à prendre conscience des risques que comportent les pesticides pour la santé et l'environnement, le Ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l'Energie et ses partenaires sont engagés dans une campagne « Les pesticides, apprenons à nous en passer ! », pour encourager les pratiques alternatives à l'usage des pesticides.


Pour en savoir plus sur les impacts des pesticides, les pratiques des jardiniers et les programmes d'actions en place :

 

Éviter le développement de maladies

  • bien choisir les variétés de plantes cultivées :
    • choisir des plantes et arbres adaptés au jardin (sol, climat, exposition…),
    • sélectionner des plantes en fonction de leur résistance ou leur tolérance aux parasites et maladies,
    • associer les plantes en fonction des voisinages qui leur sont le plus favorables. Par exemple, les plantes aromatiques (lavande, thym, sauge…) exercent une certaine protection des plantes voisines contre les insectes ravageurs.
  • varier les plantes cultivées d’une année à l’autre pour rompre le cycle de développement des parasites et limiter leur contact avec les cultures auxquelles ils s’attaquent. L’idéal, si la taille du jardin le permet, est d’attendre 3 à 5 ans selon les plantes ;
  • décaler la date de semis pour que la culture soit à un stade moins sensible de son développement lorsque les parasites attaquent ;
  • ne pas trop serrer les plantations et tailler régulièrement les haies et les arbustes pour faire pénétrer la lumière afin d’éviter la stagnation d’eau après la pluie et le développement des maladies ;
  • couvrir le sol pour éviter le développement des mauvaises herbes. C’est la technique du paillage qui consiste à étaler une couche d’un matériau autour des plantes, sur la surface du sol, pour le protéger de l’érosion et éviter l’apparition des herbes parasites ;
  • utiliser du compost ou du fumier pour améliorer la fertilité du sol et renforcer la résistance des cultures en nourrissant les plantes ;

Donner un nouveau visage au jardin

  • adopter la tonte haute (6 à 8 cm), qui renforce l’enracinement du gazon et sa résistance à la sécheresse, et permet d’empêcher la germination de graines indésirables et le développement de la mousse ;
  • laisser l’herbe et les fleurs vagabondes esthétiques (rose trémière par exemple) se développer dans les allées gravillonnées en terre battue, ou entre les pavés : elles prendront la place des herbes indésirables ;
  • limiter les surfaces à désherber. Par exemple, privilégier les dalles ou les pavés aux surfaces gravillonnées ou sablées, plus difficiles à entretenir ;
  • créer des espaces favorisant la biodiversité et la présence de certains insectes ou animaux ennemis des ravageurs donc très utiles au jardin. Par exemple, aménager des coins de végétation dense, des mares, des haies fleuries ou créer des abris plus spécifiques : nichoirs et mangeoires pour les batraciens et les oiseaux, petit muret en pierre pour les lézards ;
  • prévoir des barrières physiques selon vos plantations. Par exemple, prévoir la culture des tomates en pots pour éviter les limaces.
 

Privilégier des produits écolabellisés

Vous pouvez trouver, en grandes surfaces et en magasins de jardinage, des terreaux, des écorces, des engrais et fertilisants avec l'Ecolabel Européen.

Ces produits ont moins d’impact sur l’environnement.

Consulter notre rubrique « Produits pour le jardin »

 

Économiser l'eau

  • arroser le matin ou le soir, l'évaporation de l'eau sera moins importante qu'aux heures les plus chaudes ;
  • installer un récupérateur d'eau de pluie, vous pourrez l'utiliser pour l’arrosage de votre jardin. De plus, elle est réputée meilleure pour le jardin, car elle ne contient ni chlore ni calcaire ;
  • récupérer l'eau utilisée pour laver vos légumes ou l'eau de cuisson des aliments comme les pâtes ou les pommes de terre, pour arroser vos fleurs et vos plantes en pot. Sachez que certaines eaux de cuisson peuvent être très bénéfiques pour vos plantes. Vous ferez en plus des économies d'eau.