Particuliers et éco-citoyens

La ventilation

Mis à jour le 20/12/2017

L’air de votre logement doit être renouvelé régulièrement pour évacuer l’humidité et les polluants. La santé de ses habitants et du bâtiment lui-même en dépendent. Dans des maisons bien isolées, un système de ventilation mécanique est nécessaire.

Renouveler l'air intérieur

L’air intérieur de nos logements est souvent de plus mauvaise qualité que l'air extérieur. Aux polluants de l'air extérieur (particules fines, pollens, oxydes d'azotes...) s'ajoutent ceux émis par les meubles, les moquettes, les produits d'entretien... Il faut également évacuer l'humidité émise par la cuisson, la toilette et la respiration des habitants...

 

Les systèmes de ventilation du logement

Plusieurs systèmes sont disponibles. Prenez le temps de la réflexion pour trouver la technique la mieux adaptée à votre logement.

La VMC simple flux

L’air frais venant du dehors traverse d’abord les pièces de séjour et les chambres pour être évacué par les pièces de service, par un groupe d’extraction comportant un ventilateur.

  • les VMC simple flux autoréglables ont des débits d’air constants quelles que soient les conditions extérieures (vent, pluie) et intérieures (nombre d’occupants, humidité) ;
  • les VMC hygroréglables voient leur débit d’air varier en fonction de l’humidité intérieure, ce qui permet de garantir l’évacuation plus rapide d’un air très humide, tout en limitant les gaspillages.
 

La VMC double flux avec récupération de chaleur

Ce système limite les pertes de chaleur inhérentes à la ventilation : il récupère la chaleur de l’air vicié extrait de la maison et l’utilise pour réchauffer l’air venant de l’extérieur.

Ce système de ventilation inclut deux circuits :

  • un premier circuit insuffle de l'air neuf dans les pièces principales : l’air extérieur est filtré, préchauffé au niveau d’un échangeur de chaleur et pulsé grâce à un ventilateur dans les pièces principales par le biais de bouches d’insufflation ;
  • un second circuit récupère l’air vicié dans les pièces de service : l'air aspiré dans la cuisine, la salle de bains et les WC est filtré. Sa chaleur est récupérée au niveau de l’échangeur et transmise au circuit d’air neuf. L’air extrait est ensuite évacué à l’extérieur.
 

Cet équipement est plus coûteux qu’une VMC simple flux et consomme plus d’électricité, mais il permet des économies de chauffage importantes en récupérant jusqu’à 70 % de la chaleur contenue dans l’air vicié extrait (90 % dans les systèmes les plus performants).

La récupération de chaleur par la VMC est particulièrement intéressante dans une maison bien isolée qui nécessite peu de chauffage : une VMC double flux peut récupérer environ 1 500 kWh par an. L’économie réalisée est alors comprise entre 7 et 10 % de la consommation de chauffage.

Le puits climatique

L’air extérieur circule dans des tubes enterrés à environ 1,5 à 3 mètres de profondeur, là où la température varie peu au cours de l’année (entre 12℃ et 14℃). Selon la saison, l’air se réchauffe ou se rafraîchit pendant ce trajet et pénètre dans la maison par l’intermédiaire d’un système de ventilation.


Cette technique est intéressante dans les régions soumises à de fortes variations de températures. En été, l’air est rafraîchi et en hiver préchauffé avant son introduction dans le système de ventilation du logement. C’est une bonne solution surtout en été car il peut éviter l’installation d’une climatisation.

Le puits climatique est complexe à mettre en œuvre et sa réalisation doit être confiée à des professionnels très compétents, capables de concevoir des équipements adaptés à chaque situation. Il ne doit pas en particulier dégrader la qualité de l’air intérieur en diffusant des polluants (moisissures, bactéries, radon) dans le logement.

Le couplage entre une VMC double flux et un puits climatique est souvent peu satisfaisant tant techniquement qu’économiquement : le puits climatique peut engendrer des dysfonctionnements de la VMC et les échangeurs de celle-ci sont en général suffisamment efficaces pour qu’il soit superflu de préchauffer l’air entrant. Il reste par contre utile, en raifraîchissement l'été.

Comparer les systèmes de ventilation en un coup d'oeil

Les avantages et les inconvénients des différents types de ventilation mécanique.

Type de ventilation Avantages Inconvénients
VMC simple flux autoréglable
  • Débit d’air entrant constant ;
  • Avec des entrées d’air acoustiques, diminution des nuisances sonores extérieures.

Ne prend pas en compte l’humidité intérieure.

VMC simple flux hygroréglable
  • Débits d’air sortant (hygro A) ou entrant variables en fonction de l’humidité, donc de l’occupation et des activités ;
  • Économies d’énergie par rapport à la VMC simple-flux autoréglable ;
  • Avec des entrées d’air acoustiques, diminution des nuisances sonores extérieures.
  • Système légèrement plus coûteux à l’achat qu’une VMC simple-flux autoréglable ;
  • Conçue pour réagir à l’humidité, pas d’efficacité supplémentaire pour les polluants chimiques.
VMC double flux
  • Économies d'énergie par récupération de calories ;
  • Filtration de l'air entrant ;
  • Sensation de courant d'air froid supprimée ;
  • Isolation acoustique du dehors (pas d'entrée d'air en façade) ;
  • Préchauffage ou rafraîchissement de l'air entrant.
  • Système le plus coûteux à l'achat ;
  • Bruit des bouches d'insufflation, en particulier dans les chambres, en cas de mauvaise conception ou mise en oeuvre ;
  • Installation et entretien plus délicats ;
  • Plutôt adapté au neuf.

 

Quel budget prévoir pour l'installation d'un système de ventilation

Des ordres de prix pour les équipements (pour une maison individuelle, fourniture et pose, hors taxe).

  Prix
VMC simple flux autoréglable environ 500 euros HT par logement
VMC simple flux hygroréglable environ 800 euros HT par logement
VMC double flux environ 2 300 euros HT par logement

 

Bricolage : l'étiquetage des produits