Particuliers et éco-citoyens

Questions / Réponses

Construire

  • 24/06/2014

    L’emplacement du terrain et l’implantation sont tout aussi essentiels que la construction en elle-même.

    Vivre loin de tout et dépendre fortement de la voiture pour ses besoins quotidiens n’est pas optimum si on veut limiter sa consommation d’énergie. Choisissez plutôt le site de votre futur habitat en fonction de ses facilités de desserte : proximité avec le lieu de travail, commerce à proximité, école, transports en commun…

    L’implantation de votre habitation comptera énormément pour pouvoir optimiser toutes les possibilités que vous offrent le climat (ensoleillement, vents dominants,…) et le terrain (pente, terrain plat, végétation, etc.).

    Une bonne implantation et la proximité des commodités sont un bon départ pour réduire ses besoins énergétiques et ses impacts environnementaux.

  • 24/06/2014

    Une conception bien pensée prend en compte toutes les possibilités qu’offrent le climat et le terrain ainsi que des solutions optimisées. Ainsi vous pouvez jouer avec le terrain (par exemple des constructions semi- enterrées), jouer avec la végétation (haies de protection contre le vent...). Pensez à un bon aménagement des espaces intérieurs : une façade sud largement vitrée pour profiter de la chaleur et de la lumière du soleil, des espaces au Nord et à l’Ouest comme le garage, la buanderie, la chaufferie etc.

    Enfin, le recours à des techniques, matériaux et équipements performantes est recommandé : par exemple une isolation renforcée des murs, du plancher et du toit pour limiter les besoins de chauffage ou de climatisation, des vitrages performants, une ventilation optimisée, un chauffage performant et l’utilisation des énergies renouvelables.

    Les 7 clés d'un bâtiment économe en énergie



  • 24/06/2014

    Une maison bioclimatique est une maison conçue pour bénéficier de tous les avantages du climat et du terrain mais aussi de la végétation environnante. Elle profite des apports solaires et de la ventilation naturelle, conserve la fraîcheur en été et limite ainsi ses besoins énergétiques.

  • 24/06/2014

    Une maison à énergie positive est une maison produisant davantage d’énergie qu’elle n’en consomme.
    Elle est conçue pour limiter les besoins en énergie (très bonne isolation réduisant fortement les besoins de chauffage). On y installe un système de production d’électricité à base d’énergies renouvelables (panneaux photovoltaïques le plus souvent). En y maîtrisant de plus la consommation d’énergie au quotidien, c’est un projet écologiquement et économiquement très intéressant.

    Un exemple concret : une maison située dans l’ouest de la France minimise ses besoins en énergie grâce à une construction bioclimatique, à la mise en place d’une isolation très performante, à l'utilisation d'énergies renouvelables pour le chauffage (pompe à chaleur) et l’eau chaude (CESI) et enfin grâce à la production d’énergie électrique avec des modules photovoltaïques. Elle consomme 3 400 kWh/an et en produit... presque 4 200 ! De plus, elle a émis en 2004 moins de 0,5 tonne de CO2, alors qu’une maison « classique » comparable (confort et surface) en produit 3,1 tonnes.

  • 24/06/2014

    Oui, c’est une obligation.

    Chaque année, plus de 100 000 dommages sont déplorés lors de travaux effectués à proximité des réseaux aériens ou souterrains implantés en France.

    Afin de réduire ces incidents, professionnels et particuliers doivent obligatoirement déclarer leurs travaux aux exploitants de réseaux impactés. En retour, les exploitants leur fournissent tous les renseignements utiles pour construire sans détruire.

    En tant que maître d’ouvrage vous devez prendre en compte la présence des réseaux dès la conception de vos projets de travaux afin qu’ils se déroulent en toute sécurité.

    En savoir plus

    Consultez le site : www.reseaux-et-canalisations.ineris.fr

  • 24/06/2014

    Les constructions neuves, répondant aux exigences de la RT 2012, sont étanche à l’air afin de limiter les pertes de chaleur. On entend souvent : « il n’y a plus du tout d’air qui va entrer avec ces calfeutrements, on a une impression de confinement ». Cette confusion vient d’une mauvaise compréhension du fonctionnement de la ventilation ce qui induit une gestion défaillante de celle-ci. En effet, il est indispensable d’amener de l’air neuf dans les locaux afin de maintenir une bonne qualité d’air intérieur pour les occupants. Pour cela, on peut recourir à différents systèmes de ventilation : mécanique, simple ou double flux.

    En réalité, plus le bâtiment est étanche à l’air et plus les flux de ventilation volontaire sont maîtrisés et correspondent aux prévisions de performance des bureaux d’études et fabricants. En particulier le rendement des échangeurs double flux avec récupération de chaleur se trouve optimisé.