Particuliers et éco-citoyens

Le chauffage au bois

Mis à jour le 19/10/2015

Cette énergie séduit de plus en plus de ménages. C'est une des énergies les moins chères. Vous pourrez facilement choisir un appareil adapté à votre besoin (chauffage de base ou appoint). Inserts, poêles ou chaudières, il y en a pour tous les cas.

Les poêles à bois : faciles à installer et à utiliser

Ils sont faciles à poser et ont beaucoup de succès ces dernières années. L’emplacement idéal dans la maison ? Au centre de la surface habitable, au rez-de-chaussée. Certains poêles sont équipés d’une arrivée d’air extérieure, permettant de ne pas puiser l’air de combustion dans le logement. Ils sont fortement recommandés pour les bâtiments bien isolés et étanches à l’air.

Les poêles à bûches (acier ou fonte)

Ils ont un rendement assez élevé à régime normal (60 à 80 %), plus faible au ralenti. Leur autonomie est de quelques heures et leur inertie thermique est relativement limitée.

Les poêles à granulés classiques (acier ou fonte)

Leur rendement est meilleur (supérieur à 80 %). Leur confort d’utilisation est un de leurs atouts : démarrage automatique, autonomie de 12 à 72 h.

Les poêles à accumulation (fonte et matériaux réfractaires)

Ils ont des rendements plus élevés et une autonomie accrue. Ils bénéficient d’une inertie thermique importante et chauffent par rayonnement. Plus coûteux, souvent de grande taille, ce sont aussi les plus performants.

Le rendement des poêles et cheminées

  Rendement d’un appareil de plus de 10 ans Appareil de conception moderne
Rendement Autonomie
Cheminée à foyer ouvert moins de 10% moins de 10 % quelques heures
Insert, foyer fermé 30 à 60% 60 à 80 % quelques heures
Poêle à bûches 40 à 60% 60 à 80 % quelques heures
Poêle à granulés   plus de 80 % 12 à 72h
Poêle de masse à bûches   80 à 90 % 8 à 24h
Source : ADEME, données théoriques.

 

Pour choisir votre appareil, fiez-vous au logo « Flamme verte », le label de qualité des appareils de chauffage au bois.

Le nombre d’étoiles est fonction du rendement et des émissions de l’appareil. Les performances exigées sont : au moins 70 % de rendement et au plus 0,3 % de rejet de monoxyde de carbone (CO) dans l’air extérieur. Pour être labellisé, un appareil doit garantir de très bonnes performances globales.

Depuis le 1er janvier 2015, le label « Flamme Verte » n'est plus accordé qu’aux seuls appareils dotés d'au moins 5 étoiles qui permettent de limiter les émissions de particules dans l’air extérieur à moins de 90 mg/m3.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Les chaudières à bois

Une chaudière à bois est intéressante si vous avez une grande maison, et peut-être même un local de chaufferie spécifique. Vous pourrez également produire votre eau chaude sanitaire.

Les chaudières automatiques à plaquettes ou à granulés offrent une facilité d’utilisation similaire à celle des chaudières au fioul ou au gaz : pas besoin de les alimenter chaque matin ! L’alimentation de ces chaudières est programmée et automatique. Elle est assurée par une vis sans fin. Toutes les étapes (alimentation, combustion, décendrage, extraction des fumées, etc.) sont contrôlées et optimisées grâce à une régulation électronique. Le rendement dépasse souvent 90 %, performance équivalente à celle des chaudières à fioul. Grâce à ces performances, ces chaudières produisent peu de cendres et émettent des fumées très propres.

Les performances des chaudières se sont beaucoup améliorées ces dernières années (chaudières turbo, chaudières automatiques à plaquettes ou à granulés). Comparez leurs performances avant de vous lancer.

Le rendement des chaudières

  Rendement Autonomie
Chaudières à bûches
à combustion montante 50 % à 90 % plus de 4h
à combustion horizontale 60 % à 90 % plus de 4h
à combustion inversée 65 à 90 % plus de 6h
turbo 75 à 90 % plus de 6h
à hydroaccumulation 75 à 90 % suivant dimensionnement
Chaudières à plaquettes
  75 à 95 % suivant capacité de stockage
(en général toute la saison de chauffe)
Chaudières à granulés
  75 à 95 %
75 à 105 %
pour les chaudières à condensation
suivant capacité de stockage
​(en général toute la saison de chauffe)

Source : ADEME, données théoriques.

  • les chaudières domestiques manuelles doivent avoir un rendement de 80 % au moins ;
  • les chaudières automatiques de 85 % au moins.

Les appareils doivent respecter les exigences de la norme européenne en vigueur en matière d’émissions polluantes (monoxyde de carbone et composés organiques volatils en particulier).

La pose de l'appareil

Un bon équipement peut s’avérer décevant s’il est mal installé ou mal utilisé.

Plusieurs points sont à surveiller de près :

  • le conduit de fumées ;
  • l’intégration de l’insert ;
  • le dimensionnement de l’installation ;
  • l’entretien de la chaudière.

Pour l’installation, privilégiez un professionnel RGE (Reconnu Garant de l’Environnement).

 

Utiliser du bois de qualité

La qualité du combustible est un facteur important de limitation de la pollution, aussi bien pour l’air intérieur de votre logement que pour l’air extérieur.

Faites confiance aux démarches de qualité

Elles offrent des garanties quant à la nature du produit, son degré d’humidité, son pouvoir calorifique, la quantité vendue.

Les certifications disponibles pour le bois énergie sont « NF Bois de chauffage », « NF Granulés biocombustibles », « NF Granulés biocombustibles - Agro haute performance », et pour les granulés bois « Din plus », d’origine allemande, et « En plus », européenne.

Dans les marques de qualité, on peut citer la marque collective « France Bois Bûche », déclinée en fonction des régions (Alsace Bois Bûches, Rhône-Alpes Bois Bûches…).

 

Ne brûlez pas des bois traités !

Les vieux meubles, les agglomérés, les bois récupérés sur des chantiers dégagent des polluants très nocifs lorsqu'ils sont brûlés.