Particuliers et éco-citoyens

Les impacts de notre alimentation sur l’environnement

Mis à jour le 22/03/2017

Emissions de gaz à effet de serre, pollution des sols et de l’air, consommation d’eau et d’énergie : l’alimentation a de nombreux impacts sur l’environnement.
 

La production agricole occupe plus de la moitié de la surface de la France 

La France produit l’essentiel des aliments qu’elle consomme. 54 % de la surface du pays est dédiée à l’agriculture, dont seulement 4,5 % en « bio ».

Les méthodes de production ont parfois des conséquences importantes pour l’environnement :
  • les engrais et pesticides épandus dans les champs modifient la composition du sol et perturbent la vie de la faune. On observe une diminution du nombre d’insectes dans le sol. Ils sont pourtant essentiels pour maintenir une bonne aération du sol et très utiles pour apporter de la matière organique afin de rendre le sol fertile ; 
  • l’épandage d’engrais dans les champs entraîne une pollution de l’air par les particules ; 
  • la consommation d’énergie des tracteurs, des serres chauffées, des bâtiments d’élevage émet des gaz à effet de serre ; 
  • la digestion des ruminants produit du méthane, puissant gaz à effet de serre ; 
  • les effluents d’élevage, très concentrés en matière organique, engendrent une pollution des sols aux nitrates s’ils ne sont pas gérés correctement ; 
  • la production d’aliments pour les animaux d’élevage nécessite de cultiver des surfaces agricoles importantes, avec les impacts associés. Une partie de ces aliments sont produits à l’étranger, dans des zones soumises à la déforestation.
  • La consommation d’eau pour l’irrigation des champs cultivés modifie l’équilibre des nappes phréatiques et de certains cours d’eau, et entre en concurrence avec d’autres usages à certaines périodes de l’année.
Notre modèle alimentaire actuel génère ¼ des émissions de gaz à effet de serre des français, autant que le transport ou le logement ! Notre façon de nous alimenter a donc aussi un impact sur le réchauffement de la planète.
 
 

Des solutions pour l'agriculture : l'agroécologie 

Les pratiques agro-écologiques déployées par les agriculteurs permettent de réduire les impacts environnementaux
Les pratiques agro-écologiques déployées par les agriculteurs permettent de réduire les impacts sur l’environnement, par exemple :
  • les apports d’engrais tiennent compte des besoins réels des plantes ;
  • les rotations des cultures (céréales et légumineuses) et la présence d’inter-cultures permettent de limiter les apports d’engrais ; de réduire la sensibilité à certaines maladies et agresseurs ; d’enrichir le sol en matière organique et de le protéger ;
  • les effluents d’élevage sont utilisés pour nourrir les sols, en priorité par rapport aux engrais chimiques. Ils peuvent être traités dans une usine de méthanisation pour produire du biogaz ; 
  • les cultures sont observées régulièrement pour utiliser moins de pesticides ; on évite ainsi des traitements préventifs inutiles.

Transport et transformation : des étapes incontournables 

70 % de la production agricole de notre pays est transformée par les entreprises agroalimentaires françaises, allant de la PME à la multinationale.

Entre la ferme et le magasin où il sera vendu, un aliment va connaître de nombreuses étapes :  
  • la transformation dans des entreprises agro-alimentaires (artisanat, industrie) ; 
  • le conditionnement ; 
  • le transport parfois réfrigéré vers des lieux de stockage puis vers les magasins.
Toutes ces étapes utilisent beaucoup d’énergie et émettent donc des gaz à effet de serre. La transformation des aliments consomme beaucoup d’eau. Le transport des produits par voie routière est aussi très polluant pour l’air. De plus, à chacune des étapes, on observe des gaspillages : des fruits et légumes sont jetés car ils ne sont pas parfaits, des aliments emballés sont jetés parce que l’emballage est un peu abîmé, etc. Au final, cela représente un gaspillage alimentaire important. L’énergie, l’eau, les engrais, les pesticides utilisés pour produire les aliments, les transformer, les transporter, les stocker ont été utilisés pour rien si le produit est jeté.

 


Des industriels et des artisans s’engagent à améliorer les processus de transformation et économiser de l’énergie, des matières premières et produire moins de déchets : 
  • utiliser davantage les énergies renouvelables ; 
  • réduire les pertes lors de la transformation et du transport ; 
  • pptimiser la logistique notamment en réduisant au maximum les voyages à vide, utiliser des transports alternatifs (comme les péniches ou le train).

Des actions en magasins pour réduire les gaspillages lors de la vente 

La réfrigération en magasin est très gourmande en énergie : c’est le premier poste de dépense énergétique des grandes surfaces. De plus en plus de magasins installent des réfrigérateurs et congélateurs fermés qui conservent mieux le froid et sont donc nettement plus économes en énergie.

Certains aliments frais sont gaspillés. Ils sont jetés car leur date limite de consommation est proche alors qu’ils sont encore bons à manger. Certains magasins s’organisent pour donner les produits encore consommables, les vendre à prix réduits ou encore transformer les fruits et légumes abimés en jus de fruits ou en smoothies…