Particuliers et éco-citoyens

Bien choisir sa voiture ou son deux-roues

Mis à jour le 12/09/2016

Le prix, la dimension, le confort, l’esthétisme… sont des critères qui guident notre choix. Opter pour un véhicule consommant peu de carburant, avec de faibles émissions de CO2, permet d'obtenir un bonus écologique.

Consulter l’étiquette énergie

Les pouvoirs publics, au niveau européen, ont rendu obligatoire l’affichage des consommations de carburant et des émissions de CO2 des véhicules neufs. C’est le Car labelling.
L’étiquette énergie est l’application française de ce principe européen. Elle est affichée sur les voitures neuves dans tous les lieux de vente en France.
L’étiquette comporte sept classes de couleurs différentes (comme pour les appareils ménagers). Elle permet à tout acheteur potentiel d’automobile d’être renseigné de manière lisible et comparative sur les émissions du véhicule en CO2, principal gaz à effet de serre responsable du changement climatique. Figurent également sur l’étiquette les consommations de carburant.

Quel carburant choisir ? Essence, Diesel, GPL ou GNV ?

En termes de consommation et de pollution, il est assez difficile de trancher puisque les rejets des moteurs Diesel et à essence ne sont pas tout à fait comparables :

  • les moteurs à essence émettent moins d’oxydes d’azote et nettement moins de particules que les Diesel (sauf quand ceux-ci sont équipés d’un filtre à particules) ;
  • les moteurs Diesel produisent moins de gaz carbonique, moins d’hydrocarbures imbrûlés et surtout moins de monoxyde de carbone que les moteurs à essence. Les véhicules Diesel, moins nuisibles en termes d’effet de serre, émettent 20 % de CO2 en moins que les véhicules à essence.

Les Diesel sont en général considérés comme plus nocifs pour la santé à cause des particules et du NO2 qu’ils rejettent. Depuis janvier 2011, les véhicules Diesel neufs sont équipés d’un filtre à particules (filtre « fermé »). Avec cet équipement, ils ne rejettent pas plus de particules que les voitures à essence.

Les moteurs au GPL et au GNV rejettent très peu d’oxydes d’azote (NOx) et pas de particules. Ils ne produisent pas ou produisent peu de polluants non réglementés toxiques, comparés à l’essence ou au gazole. Leurs rejets de CO2 sont comparables à ceux des Diesel, à égalité de puissance moteur. Il y a un peu plus de 1 800 stations-service équipées GPL en France, dont on peut trouver la liste sur le site internet du Comité français du butane et du propane.

Les véhicules émettant peu de CO2 bénéficient d’un bonus écologique.

Un deux-roues plutôt qu’une voiture ?

Rapidité, facilité pour se garer, consommation de carburant réduite… vous êtes nombreux à opter pour des scooters, motos, etc.
Du point de vue environnemental, ils peuvent être une alternative à la voiture quand on sait que 80 % des automobilistes roulent seuls dans leur voiture, et qu’un deux-roues émet moins de CO2 et est 3 à 4 moins vorace en place.
De plus, le marché évolue dans le bon sens : les fabricants de motos et de scooters sortent à leur tour des alternatives peu polluantes : vélo électrique, scooter hybride, scooter électrique en passant par la moto rechargeable sur secteur. Au moment d’acheter votre deux roues, vérifiez qu’il respecte bien la norme de pollution Euro4.

Les atouts des véhicules hybrides

Les véhicules hybrides sont équipés d’un moteur thermique (à essence ou Diesel) et d’un moteur électrique. Le véhicule fonctionne avec l’un et/ou l’autre selon leur mode d’association (types d’hybridation) et les conditions de circulation. Les économies de carburant d’un véhicule hybride en ville peuvent être supérieures à 30 % par rapport à une voiture à essence.

Il existe plusieurs fonctions d’hybridation :

  • le système « Stop & Start® » permet, en ville, d’économiser entre 6 et 15 % de carburant (8 g de CO2/km en moyenne) et de diminuer les nuisances sonores. Ce système peut équiper les voitures à essence comme les Diesel ;
  • le freinage récupératif permet une économie de carburant de 15 % ;
  • avec l’optimisation du moteur thermique, le moteur électrique évite la surconsommation du moteur thermique au moment de l’accélération ;
  • enfin, un véhicule hybride peut être propulsé entièrement en mode électrique sans intervention du moteur thermique (fonction E-drive® sur la Toyota Prius).

Les hybrides « rechargeables » (plug-in hybrid) ont également la possibilité de recharger leurs batteries sur le réseau électrique. Les différents types d’hybrides comportent une ou plusieurs fonctions : Stop & Start® (fonction 1), Stop & Go (fonctions 1 et 2), Mild Hybrid (fonctions 1, 2 et 3) et Full Hybrid (fonctions 1, 2, 3 et 4).

Le véhicule électrique : une solution pour la ville

Les véhicules électriques sont propulsés par un moteur électrique (puissance inférieure à 20 kW pour une petite voiture). Ce moteur est alimenté par des batteries rechargeables sur le réseau électrique domestique ou des bornes de recharge qui commencent à être installées dans certaines villes. Les voitures électriques ont en général une autonomie de l’ordre de 150 km du fait du poids, du volume et du coût actuels des batteries. Elles sont par conséquent bien adaptées pour la grande majorité des trajets quotidiens. Silencieuses et non polluantes sur leur lieu d’utilisation, elles conviennent bien à la circulation en ville. Un moteur électrique nécessite très peu d’entretien comparativement à un moteur à essence ou Diesel et peut avoir une durée de vie supérieure. Certaines villes encouragent le développement des véhicules électriques en leur accordant des avantages. À Paris, les propriétaires de véhicules électriques peuvent utiliser, moyennant un abonnement, les stations de recharge du libre-service de voitures électriques (« Autolib »). Ils peuvent également se procurer une carte VE octroyant à leur véhicule électrique un temps de stationnement gratuit en zone payante.

Comparer avant d’acheter

Pour vous aider à sélectionner un véhicule, l’ADEME vous propose de consulter son site Car Labelling. Près de 9 500 véhicules y sont référencés avec toutes les informations nécessaires : bonus écologique, consommations de carburant, rejets de CO2 et des polluants réglementés…

En 2015, le niveau des ventes de véhicules électriques est le plus haut jamais enregistré avec 17 268 véhicules (soit + 63,50 % par rapport à 2014).
L’achat des véhicules hybrides est aussi en forte hausse. Les ventes des véhicules hybrides non rechargeables ont augmenté de 36 % par rapport à 2014, et celles des véhicules hybrides rechargeables de 189 % par rapport à 2014.

À télécharger