Domaines d'intervention > Énergies renouvelables électriques

La définition

Pour réduire sa dépendance sur le plan énergétique tout en diminuant ses émissions de Gaz à effet de serre (GES), la France mise sur le développement des énergies issues de sources non-fossiles renouvelables (énergies éolienne, solaire, géothermique, marémotrice, hydroélectrique, bioénergies ...) produisant chaleur (EnR thermiques) ou électricité.

L'enjeu

La région Provence Alpes Côte d’Azur dispose d’atouts indéniables pour développer de manière très importante les énergies renouvelables : mistral, ensoleillement et infrastructures hydrauliques, qu’il convient de mobiliser pour participer à la lutte contre le changement climatique et renforcer la sécurité d’alimentation électrique.

La direction régionale de l’ADEME accompagne les maîtres d’ouvrage (soutien technique et financier) pour la réalisation d’études de faisabilité permettant d’identifier les techniques les plus performantes adaptées à leur contexte et site. Elle met également à la disposition des décideurs et porteurs de projets des données et études (atlas de gisement, études de potentiel) et soutient les études de planification énergétique à l’échelle intercommunale dans la cadre du contrat de projets État-Région-ADEME.

Les opérations et initiatives à retenir (éolien)

  • Un atlas du gisement de vent, réalisé en 2008 par Météodyn. À partir des données de vent (stations météo) et de calculs numériques (méso échelle et locale) les codes de calculs de mécanique des fluides ont permis de déterminer la vitesse moyenne de vent et la densité énergétique à différentes hauteurs (10, 50 et 80 m) correspondantes au petit et au grand éolien. Les calculs ont été effectués à une maille de 250 m.
  • Une étude du potentiel régional, réalisée par Valorem et Conexia energy, calcule un potentiel technique de développement de l’éolien à horizon 2020 et 2030. À partir du croisement des données du gisement de vent, des contraintes techniques (servitudes radars, aériennes, habitations) environnementales (Natura 2000, Znieff, Parcs nationaux et régionaux, Ramsar, réserves, paysages,..), un potentiel à moyen et long terme a été calculé. Ces potentiels s’élèvent à respectivement 725 et 1300 MW permettant d’espérer un développement de cette énergie dans la région.

Les opérations et initiatives à retenir (solaire)

  • Un atlas du gisement régional, réalisé en 2009/2010 par Armines, permet de connaître le gisement solaire global et direct de manière assez précise puisque le pas de calcul est de 250 m. IRéalisé sur la base des données satellites et de 3 stations de mesures installées en 3 points du territoire régional (Nice, Volx et Berre l’étang), l'atlas prend en compte également l’orographie (et donc les masques générés par les collines et montagnes). Il s’agit du premier atlas régional solaire réalisé à cette échelle.
  • Une étude du potentiel photovoltaïque régional, réalisée en 2008/2009 par Axenne, vise à identifier les potentiels techniques pour l’installation de générateurs photovoltaïques aussi bien en toiture (résidentiel, tertiaire) qu’au sol (centrales solaires)..

Les opérations et initiatives à retenir (hydraulique)

  • L'actualisation du potentiel de la petite hydrolélectricité : réalisée en 2005 par le GERES, cette étude a permis d’actualiser les sites pré-identifiés et de mettre en exergue un potentiel de 55 MW, principalement sur des canaux d’irrigation, réseaux d’adduction d’eau et rivières, à mettre en place sur des nouveaux sites ou sur des équipements à réhabiliter.
  • La mise en place d’une mission d'animation phée (petite hydroélectricité et environnement).
  • La mise en place de pico-centrales hydroélectriques sur réseaux d’adduction d’eau : les réalisations sur les canalisations d’amenée d’eau commencent à se multiplier à Barret-sur-Méouge, Allos, Meyronnes, Saint-Étienne-de-Tinée, Vallauris, Nice…



  • Mentions légales
  • Contact