Recherche et innovation

Les micro algues, une nouvelle source d’énergie prometteuse

Mis à jour le 13/06/2017

Interview d’Hubert Bonnefond (Directeur général, INALVE) sur sa thèse « Amélioration de microalgues à vocation énergétique par pression de sélection continue ».

Hubert Bonnefond
« Mon travail de thèse, intégré dans le projet ANR facteur 4, consistait à sélectionner des souches de microalgues hyperproductives sans les modifier génétiquement. Basé sur la théorie de Darwin, nous avons imposé des pressions de sélection ciblées sur une population de microalgues. Après plusieurs mois sous cette pression judicieusement choisie, seuls les individus d’intérêt se sont multipliés et ont donné naissance à une nouvelle population plus productive. Nous avons notamment modifié la teneur en oméga 3 d’une souche de microalgues, sa résistance à la température ainsi que sa capacité à pousser de manière extrêmement concentrée (augmentation de la productivité surfacique). »

 

Comment ont été valorisés les résultats ? Quelles sont les suites ?

« Les résultats obtenus au cours de cette thèse ont permis le dépôt de deux brevets. Trois publications sont à ce jour acceptées et deux autres en cours de dépôt. Ces premiers résultats ont justifié l’écriture d’un projet FUI OPALE, par le Laboratoire d’Océanographie de Villefranche sur mer et l’Inria. » en « Ces premiers résultats ont justifié le dépôt auprès du Fonds unique interministériel (FUI) du projet OPALE par le Laboratoire d’Océanographie de Villefranche sur mer et l’Inria.

D’un point de vu plus personnel, je suis cofondateur d’une Startup, Inalve, basée sur certaines technologies du Laboratoire d’Océanographie de Villefranche sur mer et l’Inria. Ces technologies de sélection de souches hyperproductives font clairement partie des actifs que nous sommes en train de licencier avec nos laboratoires partenaires et un atout clef dans le développement de notre entreprise. »
 

Quel est votre parcours professionnel suite à cette thèse ?

« Je suis maintenant cofondateur et directeur de la technologie, avec Christophe Vasseur (PDG), d’une startup crée en avril 2016 qui vise à industrialiser et commercialiser des farines végétales marines à base de microalgues pour le marché de l’alimentation animale. La création de cette startup a commencé pendant ma dernière année de thèse et est en train de se concrétiser avec une première levée de fond prévue pour octobre 2017. »

Consulter le résumé de la thèse
 
Voir les autres présentations de thèses ADEME

Mots-clés : RECHERCHE SCIENTIFIQUE