Des programmes précurseurs  
     
 

Le soutien actif de l’ADEME, de la région et, sur certains projets, de l’Europe a permis de lancer des programmes précurseurs, dont les premiers résultats s’avèrent encourageants. Parmi les plus emblématiques, on peut citer le Programme structurel herbe et fourrages, qui a pour objectif de sécuriser les systèmes agricoles en améliorant l'autonomie fourragère des fermes par des pratiques agricoles adaptées contribuant notamment à économiser de l’énergie ; le programme bois-énergie, qui vise à transformer le bois provenant de l’entretien des haies en plaquettes pour les chaufferies à bois ; la méthanisation des effluents d’élevage qui permet, via un cogénérateur, de produire de l’énergie sous forme d’électricité et de chaleur. Et enfin, le diagnostic des consommations d’énergie directe et indirecte sur les exploitations permet de proposer des améliorations.

 
 
 

 

Limousin
Emissions agricoles sous haute surveillance

En Limousin, l’agriculture est responsable de 43 % des émissions de gaz à effet de serre (GES). Pour limiter celles-ci, l’ADEME et la région accompagnent les agriculteurs vers des pratiques innovantes et expérimentales.

Comment aider l’agriculture à s’adapter et se diversifier pour répondre aux enjeux énergétiques et climatiques ? Cette question d’actualité a incité l’ADEME et la région Limousin à élaborer le Plac (Programme Limousin agriculture climat), dans cette région où le poids de l’agriculture est très fort. « En Limousin, le diagnostic réalisé dans le cadre du plan climat régional a montré que le secteur agricole constitue la première source d’émissions de GES en région avec 43 % de celles-ci », indique Fabien Pommier, chargé de mission agriculture à la délégation régionale de l’ADEME en Limousin. Ces émissions sont essentiellement dues à l’élevage (fermentation entérique, dégradation de la matière organique et des déjections animales) et à l’utilisation d’engrais. Les prairies constituent à l’inverse des puits de carbone. L’objectif du Plac, qui vient d’être formalisé en 2008 dans la convention entre l’État, la région et l’ADEME, est d’accompagner l’agriculture vers des pratiques plus durables en s’appuyant sur l’innovation et l’expérimentation. Sans perdre de vue l’essentiel :
la vocation première et prioritaire de l’agriculture est de répondre aux besoins alimentaires de la population. Au quotidien, les missions du Plac consisteront à former les techniciens et les agriculteurs, apporter un appui technique, monter des partenariats, réaliser des projets exemplaires, évaluer les actions entreprises… Son ambition est de devenir un véritable carrefour d’échanges entre tous les acteurs du monde agricole (exploitants, organismes professionnels, principales institutions agricoles) afin de mettre en commun, confronter et démultiplier les savoirs et les expériences de terrain.

  réunion à l'extérieur
   

Mener une action globale et concertée
« Jusqu’ici, les organismes agricoles avaient tendance à agir individuellement. Nous souhaitons les faire se rencontrer pour encourager le dialogue et le transfert de connaissances. Cette démarche nous permettra d’avoir une vision globale et claire des enjeux et défis auxquels sont confrontées les exploitations, et de mener une réflexion d’ensemble cohérente », souligne Fabien Pommier. Une première réunion, organisée par l’ADEME, la direction régionale de l’Agriculture et la région Limousin, avec la participation d’un expert de l’INRA, officialisera le lancement du Plac en novembre. Côté solutions, les pistes étudiées portent notamment sur l’autonomie et les économies d’énergie directe et indirecte des exploitations agricoles, des points clés aux yeux des agriculteurs à l’heure de l’augmentation de la facture énergétique.
« Nous essayons d’avoir une vision globale des problématiques, par exemple nous accompagnons une opération axée sur l’autonomie énergétique et alimentaire plutôt que seulement sur la thématique des agro-carburants »
, poursuit Fabien Pommier. Pour l’heure, les idées ne manquent pas ! Grâce à la participation concertée de la région et de l’ADEME, de nombreux projets ont en effet pu émerger. Certains sont déjà en œuvre, d’autres en cours de lancement (lire encadré).