Nos expertises

La filière des produits biosourcés

Mis à jour le 02/08/2017

L’utilisation de matières premières renouvelables dans les produits pour la chimie et aux matériaux offre une alternative aux ressources fossiles pouvant également répondre à plusieurs défis environnementaux, notamment l'effet de serre.

Les principaux produits biosourcés industriels

On distingue généralement deux grandes catégories de produits biosourcés industriels, à usage non alimentaire et non énergétique, partiellement ou totalement issus de la biomasse :

  • les matériaux (plastiques et composites), principalement destinés aux secteurs du bâtiment, de l’automobile, de l’emballage et des sports et loisirs ;
  • les molécules chimiques (tensioactifs, solvants, lubrifiants...), principalement destinées aux secteurs de la cosmétique, de l’hygiène, des colles, des peintures et de la lubrification en machinerie agricole et forestière.

Ces produits peuvent être obtenus à partir de diverses sources de biomasse : oléoprotéagineux (colza…), plantes amidonnières (maïs, blé…) et sucrières (betterave…), plantes à fibres (lin, chanvre), micro-algues et macro-algues, ressources sylvicoles, plantes herbacées, écoproduits ou sous-produits industriels organiques…

Les technologies de transformation

La transformation de la biomasse en matériaux et molécules chimiques d’intérêt fait appel à plusieurs technologies de transformation et/ou à leur combinaison :

  • les procédés physico-chimiques et thermiques classiques de transformation de la biomasse (fractionnement, fonctionnarisation, pyrolyse…) ;
  • les nouveaux procédés des biotechnologies industrielles : ce sont des technologies de conversion qui emploient des systèmes biologiques pour la fabrication, la transformation et/ou la dégradation de molécules grâce à des procédés biocatalytiques (enzymes) ou de fermentation (micro-organismes) dans un but industriel.

Le recours aux biotechnologies permet, d’une part, de pouvoir opérer dans des conditions plus douces (température, pression, pH…) et, d’autre part, de limiter les consommations de réactifs et la production de sous-produits, grâce au développement de réactions plus sélectives.

Une filière complexe

Le développement de procédés adaptés à la spécificité des matières premières végétales et l’adaptation des procédés existants constituent des enjeux importants. Il s’agit en effet d’assurer le développement d’une activité « chimie et matériaux biosourcés » par les industries traditionnelles (chimistes, plasturgistes…).
La multiplicité des ressources biomasse et des technologies de transformation et la diversité des produits et secteurs d’application expliquent la complexité de la filière. Elle concerne une grande diversité d’acteurs, qui vont de la production de la biomasse à la distribution du produit fini, en passant par toutes les étapes intermédiaires de transformation réalisées par les agro-industriels, les chimistes, les plasturgistes...

En 2011, l’ADEME a réalisé une feuille de route stratégique sur la filière chimie et matériaux biosourcés.

D’autres études sectorielles, pilotées par l’ADEME, permettent d’appréhender les enjeux des filières de la chimie et des matériaux biosourcés :