Nos expertises

Rouler « gagnant/gagnant » : conseils pour l’entretien des véhicules

Mis à jour le 19/05/2014

Utiliser sa voiture, c’est la conduire, mais c’est aussi l’entretenir, afin de préserver durablement ses qualités d’origine. De même conduire en souplesse, rouler à vitesse modérée, anticiper le freinage… génèrent des économies substantielles.

Aujourd’hui il est possible d’utiliser son véhicule de façon intelligente en adoptant une conduite économe et en utilisant efficacement les équipements. Cela permet de réduire la consommation du véhicule et les émissions de CO2 associées, de contrôler son budget.

Quelques gestes simples peuvent suffire :

  • vérifier la pression de ses pneus. Rouler avec des pneus pas assez gonflés est dangereux et consomme davantage : un sous gonflage de 0.5 bar (sous gonflage dangereux) c’est 2,4 % de consommation supplémentaire, soit 33 € et 58 kg de CO2 par an ! Il est donc important de vérifier la pression de ses pneus, au minimum tous les deux mois, afin de réaliser des économies et de garantir la sécurité de son véhicule. Pour le faire correctement, il ne faut pas avoir conduit plus de 3 km (pneus froids) ;
 
  • vérifier régulièrement le bon état du véhicule. À défaut, la surconsommation de carburant peut aller jusqu’à 25 %. Un filtre à air encrassé fait consommer 3 % de plus et un moteur mal entretenu, encore plus, soit près de 40 € sur l’année et 70 kg de CO2. Les pneus « basse consommation » entraînent jusqu’à 5 % d’économie soit 70 € par an et 120 kg de CO2 ;
  • ne pas charger le véhicule : 100 kg de plus c’est 5 % de consommation de carburant supplémentaire. Il est conseillé d'utiliser une remorque ou un coffre de toit plutôt qu’une galerie et de les enlever après utilisation : même à vide, une galerie peut faire consommer 10 % de plus, soit 1 € et 1,75 kg de CO2 tous les 100 km ;
  • adopter une conduite souple et sans à-coup : « rouler patte de velours ». Démarrer le moteur sans appuyer sur l’accélérateur, choisir le régime adapté et surtout ne pas « tirer » sur les rapports, rouler à une allure constante, anticiper les ralentissements, utiliser le frein moteur en décélérant pied levé avec une vitesse enclenchée, tels sont les grands principes de l’écoconduite. Une conduite agressive en ville peut augmenter la consommation jusqu’à 40 %, soit 4 € de dépenses inutiles et 7 kg de CO2 pour 100 km ;
  • réduire la vitesse de 10 km/h sur autoroute (passer de 130 à 120 km/h) permet d’économiser jusqu’à 5 litres de carburant, soit 7 €, et près de 12 kg de CO2 sur 500 km ; soit une réduction de 12,5 % des émissions de gaz à effet de serre. Si ma voiture dispose d'un régulateur de vitesse, c'est encore plus facile ;
  • couper le moteur dès que l’on s’arrête plus de 20 secondes. L’arrêt/redémarrage du véhicule est plus économe que de laisser tourner le moteur au-delà de 20 secondes ;
  • utiliser à bon escient la climatisation. La surconsommation de carburant due à la climatisation est d’environ 10 % sur route et 25 % en ville. Les émissions de CO2 dues au fonctionnement de la climatisation peuvent atteindre environ 2,6 kg CO2/100 km, soit 15 % de plus.

En conclusion, aujourd'hui on peut :

  • utiliser son véhicule de façon intelligente en minimisant ses déplacements ;
  • contrôler son budget en adaptant son allure et ses équipements ;
  • agir pour l'environnement en réduisant les rejets de CO2.

Mots-clés : VEHICULE PERSONNEL

Sommaire du dossier :