Nos expertises

Choisir son carburant

Mis à jour le 25/04/2014

Bien choisir son carburant pour son véhicule est décisif, et permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre et de certains polluants.

Nouvelles motorisations : véhicules hybrides et électriques

Les véhicules hybrides sont équipés d’un moteur thermique (à essence ou Diesel) et d’un moteur électrique. Le véhicule fonctionne avec l’un et/ou l’autre selon leur mode d’association (types d’hybridation) et les conditions de circulation. Les économies de carburant d’un véhicule hybride en ville peuvent être supérieures à 30 % par rapport à une voiture à essence.

Il existe plusieurs fonctions d’hybridation :

  • le système Stop & Start® permet, en ville, d’économiser entre 6 et 15 % de carburant (8 g de CO2/km en moyenne) et de diminuer les nuisances sonores. Ce système peut équiper les voitures à essence comme les Diesel ;
  • le freinage récupératif permet une économie de carburant de 15 % ;
  • avec l’optimisation du moteur thermique, le moteur électrique évite la surconsommation du moteur thermique au moment de l’accélération ;
  • enfin, un véhicule hybride peut être propulsé entièrement en mode électrique sans intervention du moteur thermique (fonction E-drive® sur la Toyota Prius). Les hybrides « rechargeables » (plug-in hybrid) ont également la possibilité de recharger leurs batteries sur le réseau électrique.

Les différents types d’hybrides comportent une ou plusieurs fonctions : Stop & Start®(fonction 1), Stop & Go (fonctions 1 et 2), Mild Hybrid (fonctions 1, 2 et 3) et Full Hybrid (fonctions 1, 2, 3 et 4).
Les voitures électriques ont en général une autonomie de l’ordre de 150 km du fait du poids, du volume et du coût actuel des batteries. Elles sont par conséquent bien adaptées pour la grande majorité des trajets quotidiens. Silencieuses et non polluantes sur leur lieu d’utilisation, elles conviennent bien à la circulation en ville. Un moteur électrique nécessite très peu d’entretien comparativement à un moteur à essence ou Diesel, et peut avoir une durée de vie supérieure.

Le GPL et le GNV

Les moteurs au GPL et au GNV rejettent très peu d’oxydes d’azote (NOx) et pas de particules. Ils ne produisent pas ou produisent peu de polluants non réglementés toxiques, comparés à l’essence ou au gazole. Leurs rejets de CO2 sont comparables à ceux des Diesel, à égalité de puissance moteur.

Les biocarburants

Leur utilisation permet de diminuer les émissions de gaz à effet de serre (GES) et de certains polluants. En France, ils ne sont pas utilisés purs mais en mélange (le taux devrait atteindre 10 % en 2015).
Le SP95-E10 est compatible avec 60 % des véhicules à essence actuellement en circulation et avec la plupart des véhicules neufs. Ses principales caractéristiques, hors le taux d’éthanol, sont analogues à celles du SP95. L’E85, ou superéthanol, peut être utilisé dans des véhicules à carburant modulable (utilisation possible de carburant avec des taux d’éthanol variant entre 0 et 85 %) équipés de motorisations adaptées. Le biodiesel est ajouté au gazole (taux maximum de 7 %) ou aux carburants destinés à des véhicules de collectivités et d’entreprises.

Essence et gazole, les plus courants

La baisse de la consommation est une tendance de fond : la gamme des petites voitures s’enrichit, les moteurs sont plus performants… Ces progrès vont dans le sens d’une réduction des émissions de GES et de la pollution. En termes de consommation et de pollution, il est assez difficile de trancher puisque les rejets des deux types de moteurs ne sont pas tout à fait comparables : les moteurs à essence émettent moins d’oxydes d’azote et nettement moins de particules que les Diesel (sauf quand ceux-ci sont équipés d’un filtre à particules) ; les moteurs Diesel produisent moins de gaz carbonique, moins d’hydrocarbures imbrûlés et surtout moins de monoxyde de carbone que les moteurs à essence. Les véhicules Diesel, moins nuisibles en termes d’effet de serre, émettent 20 % de CO2 en moins que les véhicules à essence.

Mots-clés : CARBURANT