Nos expertises

Le solaire photovoltaïque

Mis à jour le 31/05/2016

L’énergie solaire permet de produire chaleur ou électricité à travers des procédés de captation très différents. Ici, nous nous intéresserons à la production d’électricité par conversion photovoltaïque de l’énergie lumineuse du soleil.

Selon les technologies, entre 8 et 22 % de l’énergie solaire peut être convertie en électricité par un module photovoltaïque. En France, les diverses réalisations ont pu mettre en valeur les qualités de l’électricité solaire photovoltaïque : sa fiabilité, sa modularité, son autonomie, son influence faible sur l’environnement et sa plus-value en tant que composant de construction (intégration au bâtiment).

Le marché du photovoltaïque

Historiquement, le marché français était un marché orienté vers les applications photovoltaïques en sites isolés. C’est à partir de 1999, grâce à l’implication des acteurs français du photovoltaïque et de l’ADEME au sein du projet européen HIP HIP, que le marché s’est réorienté vers les applications dites « raccordées réseau », aujourd’hui majoritaires. Grâce au tarif d’achat mis en place depuis 2006, la puissance installée en France (métropole + DOM) progresse et atteint 4 673 MW à la fin 2013.

Sur le marché français, on peut classer les applications de la manière suivante :

Applications connectées au réseau

  • Réparties : les applications pour résidences individuelles (puissance nominale inférieure ou égale à 9 kW) ; les applications sur bâtiments collectifs (puissance nominale de 9 kW à 100 kW) ; les applications sur bâtiments tertiaires et industriels (puissance nominale de 100 kW à 250 kW) ;
  • Centralisées : les centrales au sol (puissance nominale supérieure ou égale à 250 kW).

Applications non connectées au réseau

  • les applications domestiques ;
  • les applications professionnelles.

Le financement du photovoltaïque

L’action publique structure et accompagne l’essor du marché : elle prend la forme d’un tarif d’achat, avec une orientation toute particulière donnée à l’intégration au bâti, ainsi que divers dispositifs fiscaux de soutien, en faveur des entreprises notamment.
Un contrat de fourniture est établi pour une durée de vingt ans entre chaque producteur et la compagnie de distribution (majoritairement EDF). Parallèlement à l’obligation d’achat, depuis 2011, il existe un système d’appels d’offres pour les installations photovoltaïques de plus de 100 kW.

Les actions de l’ADEME

Depuis 2005, des initiatives nationales et régionales sont venues compléter l’action de l’ADEME. La création de l’Agence nationale de la recherche (ANR) et de Bpifrance a permis de démultiplier les activités de R&D.

L’ADEME s’intéresse à la R&D sur les composants, les produits et les applications de la filière photovoltaïque dans l’objectif d’améliorer leur rendement, de réduire leur coût et l’impact environnemental lié à leur fabrication.

Elle joue également un rôle de coordination et de financement de la R&D à travers son programme d’expérimentation préindustrielle et de plateforme technologique, dans le cadre des Investissements d’avenir. Ainsi, elle accompagne les industriels et équipementiers du photovoltaïque et les aide à améliorer leur process et à créer de l’emploi et de la valeur ajoutée.

L’ADEME aide également le particulier à choisir un professionnel pour ses travaux d’amélioration de la performance énergétique de son habitat et/ou de l’installation d’équipements utilisant une source d’énergie renouvelable en créant la mention « RGE » (Reconnu Garant de l’Environnement).