Nos expertises

Les énergies marines

Mis à jour le 10/04/2014

La mer est riche en énergies exploitables sous diverses formes mais, hormis les éoliennes en mer posées, aucune technologie n’a atteint un stade de maturité suffisant pour un déploiement industriel et commercial.

Les diverses formes d'énergies marines sont les suivantes :

  • l’énergie hydrolienne (énergie des courants marins) ;
  • l’énergie marémotrice (énergie des marées) ;
  • l’éolien en mer, posé ou flottant ;
  • l’énergie houlomotrice (énergie des vagues) ;
  • l’énergie thermique des mers (exploitant la différence de température entre surface et grande profondeur) ;
  • l’énergie osmotique (utilisant le gradient de salinité à l’embouchure des fleuves).

Hormis l’éolien en mer posé, ces énergies, qui représentent un gisement significatif, ne sont pas encore exploitées de manière industrielle faute de technologie éprouvée. Le développement des premiers prototypes de taille significative pour l’hydrolien, l’houlomoteur et l’éolien flottant conduit aujourd’hui à penser qu’un tel développement industriel pourrait commencer à se concrétiser avant 2020 par la commercialisation d’équipements rentables dans un contexte de demande croissante et de raréfaction des combustibles fossiles.

État des énergies marines

On constate un intérêt grandissant pour les énergies marines et les projets de « démonstrateurs » au niveau international se multiplient. Le Royaume-Uni a été précurseur dans le domaine grâce à des financements de projets importants en raison d'une ressource énergétique élevée du fait de sa situation insulaire : un centre d’essai, l’EMEC, a ainsi été créé en 2003, puis le Wave Hub en 2010.

Plusieurs démonstrateurs ont également été déployés en Irlande, au Danemark et au Portugal. En France, des études et démonstrateurs à petite échelle ont été lancés à partir de 2001, et des démonstrateurs précommerciaux commencent à voir le jour (comme c’est le cas pour le parc hydrolien de Paimpol Bréhat, où une première hydrolienne a été installée en 2011).

 

L’action de l’ADEME

En 2009, l’ADEME a lancé un appel à manifestations d’intérêt (AMI) énergies marines afin de lever des verrous technologiques et non technologiques (impacts environnementaux, économiques…) dans différentes filières des énergies marines. Quatre projets ont été sélectionnés à l’issue de cet AMI :

  • 2 projets de développement d’hydroliennes : SABELLA D10 et ORCA ;
  • 2 projets de développement d’éoliennes flottantes : VERTIWIND et WINFLO.

Deux nouveaux AMI ont été lancés en 2013, dans le cadre du Programme Investissements d'Avenir, visant d’une part à soutenir des projets de démonstration pour des briques technologiques et, d’autre part, à financer les premières fermes pilotes hydroliennes en France.

Par ailleurs, l’ADEME soutient la R&D en finançant des projets et des thèses visant à développer des nouvelles technologies ou s’intéressant à des thématiques transversales comme l’évaluation des ressources, la réglementation, les impacts environnementaux ou encore l’analyse de cycle de vie.

L’ADEME réalise également des missions d’expertise pour les ministères et participe ainsi à l’expertise des dossiers dans le domaine des énergies marines pour le fonds démonstrateur européen NER 300.