Nos expertises

Débat public PPE : la position de l’ADEME

Mis à jour le 18/05/2018

L’ADEME publie son cahier d’acteur et propose une trajectoire de transition énergétique ambitieuse et soutenable en baissant de 30 % nos consommations d’ici 2035 tout en doublant la part de la production renouvelable entre 2016 et 2028.

Le débat public sur la PPE

Dans le cadre de la Loi de transition énergétique pour la croissance verte, la Programmation pluriannuelle de l’Énergie (PPE) fixe notamment les objectifs de production d’énergie pour chaque filière. Des objectifs chiffrés ont été fixés pour fin 2023 dans la première PPE. Celle-ci est actuellement en cours de révision et les nouveaux objectifs pour 2028 devront être définis d’ici la fin de l’année.

L’ADEME participe au débat public sur la PPE organisé jusqu’à juin 2018. Elle présente ainsi un cahier d’acteur qui résume sa position. En complément, elle détaille cette position pour chaque filière EnR, avec des propositions d’objectifs chiffrés pour 2028 tels qu’elle les a formulés dans les ateliers de concertation organisés par la DGEC et des résumés des enjeux associés. Un ensemble de ressources complémentaires sont également mises à disposition, dont le scénario Énergie-Climat (visions 2035-2050) que l’ADEME vient de réactualiser.
 

Une ambition renouvelée en faveur de la transition énergétique

Pour l’ADEME, les enjeux de maîtrise de demande d’énergie et de développement des énergies renouvelables sont des facteurs clés de la lutte contre le changement climatique. Sans réduire fortement les consommations d’énergie, les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre apparaissent inatteignables.

Le cahier d’acteur de l’ADEME identifie les grands enjeux de notre consommation d’énergie actuelle et de son évolution. Sur cette base, l’ADEME propose des pistes d’évolution de notre production d’énergie dans les années à venir, avec une accélération de la dynamique de croissance des énergies renouvelables. Ces propositions sont inscrites dans le cadre d’une trajectoire de déploiement 2035-2050 réaliste, régulière et compatible avec le développement industriel des filières, conduisant à près de 40 % d’EnR en 2035.

Pour 2028, l’ADEME estime qu’une augmentation de 70 % de la production EnR par rapport à 2016 est techniquement possible et économiquement souhaitable si on intègre le prix du carbone aux énergies fossiles. Rapportée à l’évolution de la consommation, cela se traduit par un doublement de la part d’EnR d’ici 2028, en passant de 290 TWh de production EnR (fin 2016) à près de 490 TWh en 2028.
 

Des enjeux et bénéfices multiples

Au-delà du seul débat énergétique et climatique, la transition énergétique revêt des facettes économiques et sociales fortes. Elle est une opportunité de réduire notre facture énergétique en diminuant les consommations inutiles tout en améliorant notre confort, de développer des énergies produites sur nos territoires et de plus en plus compétitives, de participer à une dynamique mondiale en développant des filières industrielles exportatrices, de créer de l’emploi et maintenir une vitalité économique des territoires ruraux.

Les trajectoires couplant efficacité énergétique et développement des énergies renouvelables induisent une augmentation visible de l’activité économique. À l’horizon 2035, cela pourrait représenter la création de 340 000 emplois et une augmentation du revenu disponible des ménages, une fois payée la facture d’énergie, d’environ 7,5 % par rapport à un scénario de référence.

Enfin, la transition énergétique, c’est également définir un cadre qui permettra de faciliter la réappropriation de la question de l’énergie au plus près des territoires. Il s’agit notamment de favoriser l’autoconsommation, les synergies entre vecteurs énergétiques et le maintien d’une solidarité entre territoires afin de mieux exploiter les atouts et les complémentarités de chacun.
 

Consulter les avis de l'ADEME