Nos expertises

La chaîne du recyclage : du produit au produit en passant par le déchet

Mis à jour le 28/11/2017

Le recyclage constitue à la fois un mode de traitement de déchets et un mode de production de ressources. Il intervient en troisième position après la prévention et le réemploi dans la hiérarchie des modes de traitement

L’ensemble des étapes du cycle des matières et des produits doit être pris en compte pour bien comprendre les enjeux du recyclage.

Principes des cycles des matières et des produits

Chaque étape du cycle peut influencer, de manière variable, les étapes de la collecte des déchets jusqu’à la production de biens.
À titre d’exemple, on notera :

  • l’écoconception des produits, qui prévoit ou pas l’incorporation de Matières premières de recyclage (MPR) et/ou la « recyclabilité » du produit une fois usagé ;
  • la collecte, qui détermine le niveau de mobilisation des gisements de déchets et produits usagés destinés au recyclage ;
  • le démantèlement (démontage et dépollution), le tri (identification, extraction, et/ou la séparation des matières) et la préparation (déchiquetage, broyage…) des déchets et des matières qui en sont issues, qui permet d’augmenter et régulariser les flux. À ce stade, l’enjeu est d’optimiser la qualité des MPR tout en diminuant la quantité des résidus ultimes non valorisés ;
  • la transformation et mise en œuvre des matières issues de déchets, qui permet l’augmentation de l’intégration de MPR dans des domaines d’application existants ou nouveaux.
Les étapes de la transformation

Les pertes de matière

En matière de gestion durable des ressources, l’enjeu est de conserver le plus longtemps possible les qualités intrinsèques des matières et leurs caractéristiques « nobles » pour en maximiser le nombre de cycles. Il est donc important de réduire au minimum les pertes de matière au cours des différents cycles et de différentier les types de recyclage.
Les pertes de matière peuvent intervenir à plusieurs niveaux du cycle :

  • dans le cas d’application dispersive, la matière n’est plus mobilisable pour un nouveau cycle. Par exemple, les oxydes de titane dans les peintures ;
  • selon les performances de la collecte des déchets, du tri et de la préparation des MPR, les quantités de matière mobilisées pourront être variables. Par exemple, les déchets incinérés ou mis en décharge constituent une perte au même titre que les refus de tri.

Recyclage et dégradation de la matière

Le recyclage peut être défini en fonction du niveau de dégradation de la matière.
Deux types de recyclage peuvent être distingués :

  • le recyclage en boucle fermée : utilisation de la MPR pour un usage et une destination identiques sans perte fonctionnelle de la matière : recyclage d’une bouteille PET en bouteille PET, recyclage du verre d’emballage en verre d’emballage, recyclage d’enrobés routiers dans la fabrication de nouveaux enrobés, etc. ;
  • le recyclage en boucle ouverte : utilisation de la matière de recyclage pour une destination différente, mais en substitution d’une matière première vierge : recyclage d’une bouteille PET en fibre polaire, recyclage du papier en produit d’isolation, etc.

Sommaire du dossier :