Nos expertises

Les coûts des déchets

Mis à jour le 15/06/2017

La connaissance des coûts des déchets permet de repérer les leviers sur lesquels il est possible d’agir, de modéliser des éventuelles réorganisations de service et, enfin, de communiquer vers les usagers du service et les élus.

Entre 2000 et 2008, sous l’effet conjugué de la modernisation du parc des installations pour une meilleure protection de l'environnement, du développement des déchèteries, de l’accroissement des flux pris en charge par le service public, etc., la dépense courante de gestion des déchets municipaux a connu un taux de croissance annuel moyen de 6 %. Pour l’année 2010, le Référentiel national mené par l’ADEME affiche pour la première fois une stabilisation des coûts, et un coût moyen de gestion des déchets restant à financer par les collectivités (ou encore appelé coût aidé) de 85 euros HT par habitant.

La maîtrise des coûts

Dans ce contexte, la maîtrise des coûts constitue une composante essentielle de la poursuite de la modernisation du service.
Elle relève de trois éléments principaux :

  • le développement de la prévention de la production de déchets ;
  • l’optimisation des services et équipements en place ;
  • le développement d’une approche transversale et prévisionnelle plus systématique pour mieux anticiper.

Cette maîtrise des coûts passe avant tout par le développement de la connaissance sur les coûts, qui permet de repérer les leviers sur lesquels il est possible d’agir, de modéliser des éventuelles réorganisations de service et enfin de communiquer vers les usagers du service et les élus.

La connaissance des coûts

Par ailleurs, une connaissance généralisée des coûts et la capitalisation des valeurs observées permettent les comparaisons entre collectivités, qui sont bénéfiques à deux niveaux :

  • pouvoir répondre aux questions des usagers qui bien souvent considèrent que « c’est mieux ailleurs et moins cher » ;
  • identifier les meilleures pratiques à service rendu égal et les transposer lorsque cela est possible.

Cette capitalisation des données sur les coûts n’a de sens que si elle est construite sur des bases méthodologiques partagées. De multiples études l’ont démontré, les facteurs de dispersion des coûts entre collectivités tiennent non seulement aux différences de contexte et de service proposé aux administrés, mais également aux différences de méthodes d’évaluation des coûts, plus ou moins précises et complètes.

Vers le développement des démarches analytiques

L’ADEME, en partenariat avec des collectivités locales et le conseil régional de Poitou-Charentes ainsi que l’Arec (Agence régionale d’évaluation environnement et climat), a développé en 2005 la Matrice des coûts et la méthode ComptaCoût®.
Basés sur les principes de la comptabilité analytique et de l’analyse de gestion, cet outil et cette méthode ont pour objectif de délivrer une connaissance fine des coûts assortie d’indicateurs (économiques et techniques). Fin 2013, plus de 1 000 collectivités couvrant 70 % de la population étaient formées.

Une approche statistique partagée

Tous les deux ans, l’ADEME publie un Référentiel national des coûts du service public de gestion des déchets réalisé à partir de la Matrice des coûts. Cette étude restitue des coûts de référence nationale et confère aux collectivités une base de réflexion solide pour analyser et évaluer le service public.