Nos expertises

Évaluer les risques sanitaires

Mis à jour le 03/04/2017

La gestion des déchets impacte directement l’environnement lors de la collecte et du traitement, et indirectement par les produits utilisés ou générés lors du traitement.

L’ADEME accompagne la réalisation d’études à caractère scientifique, méthodologique ou de synthèse permettant notamment d’améliorer les connaissances sur les questions sanitaires.

Les divers modes de gestion des déchets suscitent de multiples interrogations sur les risques sanitaires qu’ils seraient susceptibles de présenter, les mesures prises pour les maîtriser et les dispositifs de surveillance et de suivi associés.
Les situations et les questions qui se posent sont très variées, les phénomènes en jeu complexes, et les connaissances qui restent à acquérir parfois vastes.
Dans le domaine de la gestion des déchets, une publication de 2012 a fait le bilan des données sanitaires. Consultez l’article « Gestion des déchets ménagers et assimilés : bilan des connaissances et évaluation des effets sanitaires en population générale et au travail » et son résumé ».

Différentes études peuvent contribuer à alimenter les connaissances et réflexions sur les impacts sanitaires des opérations de prévention des déchets, de leur collecte, de leur recyclage ou de leur traitement. Elles visent à mieux connaître :
 
  • les agents contaminants, leurs émissions et leur accumulation dans le milieu ;
  • l’impact de leur contact pour différentes cibles, notamment l’homme ;
  • le risque associé à la combinaison des deux premiers facteurs à différentes échelles du territoire.
Parmi les différentes études pouvant être réalisées sur le thème des déchets, on peut citer :
 
  • les études environnementales, dont l’objectif est de renseigner sur la contamination de l'environnement ;
  • les études d’exposition de populations à certains polluants ;
  • les évaluations de risques sanitaires qui consistent à estimer, souvent par modélisation, les risques encourus par une population soumise, par exemple, aux rejets d’une installation de traitement ;
  • les études épidémiologiques qui permettent d’observer, de surveiller ou d’analyser l’état sanitaire de populations.
Chacune fournit son propre éclairage, en abordant des questionnements spécifiques. Toutes présentent également des limites et nécessitent des précautions dans l’interprétation, l’extrapolation ou la généralisation des résultats.

D’une façon générale :
 
  • les études épidémiologiques réalisées dans le domaine des déchets permettent rarement de conclure de façon catégorique sur l’existence de liens de causes à effets ;
  • les résultats des évaluations de risques sanitaires sont utilisés pour l’étape d’étude des risques sanitaires obligatoires pour l’ouverture des installations classées. Des méthodes d’évaluation quantitative des risques pour les usines d’Incinération des ordures ménagères (UIOM), le stockage, l’épandage des boues de station d’épuration ou le compostage ont été rédigées. Ces textes fournissent des éléments pour prendre en compte des substances bien connues quantitativement du point de vue de leurs émissions et de leurs valeurs toxicologiques. Les résultats apparaissent souvent à nuancer compte tenu d’incertitudes sur les données et les hypothèses utilisées. Des travaux de recherche sont en cours pour l’évaluation des risques des substances moins connues.

Sommaire du dossier :