Nos expertises

Améliorer l’utilisation des produits pour en réduire les impacts

Mis à jour le 04/06/2018

Tous les produits que nous utilisons, à titre personnel ou professionnel, consomment de l’énergie, de l’eau, de la matière, émettent des polluants, etc. Mieux les utiliser signifie donc limiter leur impact sur l’environnement.

Consommation d’énergie, d’eau, gaspillage alimentaire, émission de polluants dans l’air, bruit, pollution des sols, etc. Chacun peut agir en changeant ses comportements et en optimisant l’usage des produits pour en limiter l’impact sur l’environnement.
Dans ce contexte, le comportement du consommateur est aussi important que les efforts des concepteurs et des différents acteurs intervenant à d’autres étapes du cycle de vie du produit (industriels, distributeurs, professionnels de la collecte et de la valorisation en fin de vie).


Comment limiter les impacts environnementaux des produits que nous utilisons à la maison ou dans le cadre professionnel ? Des principes fondamentaux sont à respecter lors de notre utilisation des produits au quotidien
(voir brochures grand public dans l'encart "A télécharger").

Les conseils ci-dessous permettent d’allonger la durée de vie des produits, de limiter les consommations d’énergie et d’eau, les nuisances sonores, les polluants émis dans l’air ainsi que les consommations de matières.
 
  1. Respecter les consignes d’utilisation des produits affichés par les fabricants.
    Lire les modes d’emploi des produits donne des informations précises sur leurs conditions d’utilisation, leur nocivité éventuelle, les précautions à prendre pour allonger leur durée de vie et les erreurs à éviter afin de les garder en bon état.
  2. Respecter les dosages.
    Contrairement aux idées reçues, une dose plus importante de produit (lessive, produit détergent, etc.) n’est souvent pas plus efficace. Respecter les doses conseillées par le fabricant permet d’obtenir un résultat optimal en faisant des économies. À noter que l’utilisation de produits concentrés requiert plus de vigilance.
  3. Dans le cadre professionnel, sensibiliser les collaborateurs et donner les bonnes indications d’utilisation.
    Le personnel des prestataires de nettoyage des locaux est évidemment concerné, mais tout le monde peut agir à son propre niveau : utiliser des photocopieurs en recto/verso, mettre en veille son ordinateur, éteindre les lumières, réduire la température des bureaux, bien fermer les robinets, etc.
  4. Entretenir régulièrement (ou faire entretenir par un spécialiste) les matériels.
    Cela permet de diminuer les risques de panne et de prolonge la durée de vie des objets.
  5. Adapter le volume pour limiter les nuisances sonores.
    À appliquer pour les téléviseurs, le matériel hi-fi, les sonneries de téléphone, etc.
  6. Se déplacer moins et mieux.
    Optimiser ses déplacements, utiliser le covoiturage ou des alternatives à la voiture, etc.
  7. Limiter au maximum les pertes alimentaires.
    Les produits alimentaires (bruts, transformés, frais, surgelés, en conserve…) sont périssables et requièrent donc une attention spécifique. Même si leurs enjeux environnementaux concernent principalement leur production (modes de culture, d’élevage…), cela n’empêche pas le consommateur de pouvoir agir à sa propre échelle.
Ainsi, pour diminuer le gaspillage et les impacts liés, chacun peut :
 
  • rédiger une liste de courses en cohérence avec ses besoins réels et être vigilant sur les dates de péremption des produits (avant et après l’achat) (voir encadré ci-dessous : « Date de péremption : Que veut-elle dire ? ») ;
  • bien stocker ses produits : mettre au réfrigérateur des aliments emballés ou entreposés dans des boîtes hermétiques, ranger la nourriture dans un placard sec et bien ventilé, nettoyer régulièrement le réfrigérateur, indiquer la date d’ouverture d’un produit sur son emballage… ;
  • prévoir des repas en fonction du nombre de parts à servir et apprendre à cuisiner les restes.

Bien ranger le réfrigérateur pour mieux conserver les aliments :

  • à - 18 , les surgelés et les glaces ;
  • entre 0 et + 4 , la viande, les volailles, poissons, charcuterie, fromages frais et au lait cru, crèmes, yaourts, desserts, jus de fruits, produits entamés et en cours de décongélation ;
  • entre + 4 et + 6 , les aliments cuits, produits faits maison, yaourts et fromages faits à coeur ;
  • dans le bac à légumes, les légumes et fruits frais lavés, fromages à affiner (emballés) ;
  • dans la porte, les œufs, lait, beurre, jus de fruit entamés.
 
Consultez la notice de votre réfrigérateur pour connaître l'emplacement de ses zones de fraicheur
Cliquez sur l'image pour agrandir
 
Date de péremption : Que veut-elle dire ?
Il ne faut pas confondre la date limite de consommation (DLC) des denrées très périssables (viande, poisson, produits laitiers, œufs…) et la date limite d’utilisation optimale (DLUO) des denrées moyennement ou peu périssables.
 
  • La DLC – « À consommer jusqu’au… » – est impérative : le produit ne peut être vendu et ne doit pas être consommé au-delà de cette date.
  • La DLUO – « À consommer de préférence avant le… » – informe le consommateur sur le délai au-delà duquel les qualités gustatives et nutritionnelles du produit peuvent s’altérer.