Entreprises et monde agricole

Des solutions pour maîtriser vos émissions de COV

Mis à jour le 28/08/2017

Pour réduire efficacement leurs émissions de composés organiques volatils, les entreprises peuvent agir à différents niveaux.

Une démarche structurée

Pour l’entreprise qui souhaite mettre en place une stratégie de réduction des émissions de composés organiques volatils, il est nécessaire de caractériser et de quantifier les différentes sources d’émissions de COV, puis de définir les solutions d’amélioration adaptées au site industriel concerné.
Des organismes spécialisés (bureaux d’études, laboratoires agréés, centres techniques, etc.) peuvent accompagner les entreprises qui le souhaitent tout au long de cette démarche en cinq étapes :

  • identifier les produits émetteurs de COV ;
  • identifier les émissions canalisées et diffuses de COV ;
  • déterminer la réglementation applicable à l’installation ;
  • quantifier les rejets de COV ;
  • rechercher les meilleures solutions techniques disponibles pour la réduction de leurs émissions de COV à l’atmosphère.

Une réduction à la source

Les enjeux de la réduction des émissions de composés organiques volatils à la source, qui concerne la majorité des activités industrielles utilisatrices de solvants organiques, sont à la fois environnementaux, sanitaires et financiers.
Suivant les secteurs, il existe des solutions détaillées dans le guide « Composés organiques volatils : réduction des émissions de COV dans l’industrie », Guide ADEME, Dunod.

Le traitement des émissions

Dans le cas où la substitution totale des émissions de composés organiques volatils n’est techniquement ou économiquement pas possible, ou si les émissions de COV ne sont pas dues à l’utilisation de solvants organiques, il faut envisager leur traitement. Le choix d’un procédé de traitement pour la réduction des différents rejets constitue la dernière étape du processus global de réduction des émissions. C’est une opération délicate, dans la mesure où il n’existe pratiquement jamais de solution unique et évidente.
Pour faire le bon choix, il est nécessaire de consacrer du temps et des ressources suffisantes à l’examen des différentes options, ainsi qu’à l’établissement de critères généraux ou spécifiques au site, sans oublier de tenir compte de ses évolutions prévisibles. Les émissions rejetées à l’extérieur des locaux doivent elles aussi être traitées, pour respecter l’environnement et, plus pragmatiquement, les valeurs limites imposées par la réglementation.

Les procédés de traitement se classent en deux grandes catégories :

  • les procédés récupératifs (au sens de la récupération de matière), parmi lesquels figurent l’absorption (PDF - 311 Ko), l’adsorption (PDF - 303 Ko), la condensation (PDF - 343 Ko), ou encore la séparation sur membrane. Toutes les possibilités de réutilisation des COV récupérés doivent alors être examinées (recyclage dans le même procédé, recyclage dans un autre procédé, vente) ;
  • les procédés destructifs qui comprennent le traitement biologique (PDF - 328 Ko), l’oxydation thermique et l’oxydation catalytique (PDF - 339 Ko).

On assiste actuellement à l’émergence de nouveaux procédés de traitement, tels que le couplage de procédé (oxydation thermique/catalytique, par exemple), la photocatalyse, et le plasma froid.

Procédés récupératifs

Nom

Principe

Performance

Avantages

Traitement par absorption

Passage de l’effluent gazeux pollué dans un liquide de lavage

>95 %

  • Technique souple et adaptable aux variations de charge et de débit
  • Utilisation facile

Traitement par adsorption

Passage et fixation des molécules polluées à la surface d’un solide

>95 %

  • Accepte les variations de flux et de concentration
  • Adapté au fonctionnement intermittent
  • Traitement des solvants chlorés
  • Utilisation facile

Traitement par condensation

Passage de l’effluent gazeux en phase liquide ou solide par abaissement de la température

/

  • S’applique à tous les COV en cas d’utilisation de la cryogénie
  • Récupération des solvants
  • Très bonne performance en condensation cryogénique

Traitement par techniques membranaires

Séparation sélective de composés à travers une membrane semi-perméable

/

  • Peu sensible aux variations de concentration
  • Coût de fonctionnement énergétique faible
  • Combinaison avec d’autres procédés

 

Procédés destructifs

Nom

Principe

Performance

Avantages

Oxydation thermique

Oxydation par combustion

  • Récupérative : rendements thermiques primaires entre 60-70 %, COV après traitement <200mg/Nm3
  • Régénérative : rendement thermique primaire entre 90-98 %, COV après traitement <20mg/Nm3
  • Simplicité de mise en œuvre
  • Performances élevées
  • Capacité de traitement de mélanges complexes
  • Récupération de chaleur

Oxydation catalytique

Oxydation par combustion sans flamme

  • Récupérative : rendements thermiques primaires 80 %, COV après traitement <50mg/Nm3
  • Régénérative : rendement thermique primaire entre 90-95 %, COV après traitement <50mg/Nm3
  • Simplicité de mise en œuvre
  • Performances élevées
  • Capacité de traitement de mélanges complexes
  • Récupération de chaleur

Oxydation biologique

Dégradation des COV par des micro-organismes

>90 %

  • Coût d’investissement pouvant être moins élevé qu’un procédé thermique
  • Coût d’exploitation faible