Entreprises et monde agricole

Des conseils pour agir

Mis à jour le 21/08/2017

Retrouvez-ici des conseils pour agir sur l’éclairage de vos bureaux, ainsi que des exemples de bonnes pratiques.

Avant d'entreprendre une démarche sur l'écalairage de vos bureaux, vous avez ici quelques bonnes questions à vous poser :

  • Avez-vous conscience que des zones peuvent nécessiter des niveaux d’éclairage différents ?
  • Ceux de vos différentes zones ont-ils été vérifiés ?
  • L’éclairage naturel est-il favorisé au maximum ?
  • Les durées d’éclairage sont-elles adaptées aux horaires d’occupation ?
  • Une régulation performante permet-elle de maintenir un niveau d’éclairage constant en fonction de la lumière naturelle et artificielle ?
  • Toutes les ampoules à incandescence ont-elles été remplacées ?

Vous trouverez ici des préconisations pour vous aider à passer à l'action.

Légende

Facilité Temps de retour sur investissement (TRI) Coût
* Facile + Temps de retour à court terme Coût faible
** Moyennement facile +/- Temps de retour à moyen terme €€ Coût modéré
*** Difficile - Temps de retour à long terme €€€ Coût élevé

 

Favoriser l'éclairage naturel

  Facilité TRI Coût
Profiter des espaces naturellement lumineux (surfaces vitrées). L’exposition à la lumière naturelle est un facteur positif en termes de confort et de santé sur le lieu de travail. *** +/-
Créer des puits de lumière composés d’un capteur avec un dispositif optique, d’un tube réfléchissant et d’un diffuseur qui transporte la lumière du jour dans les pièces peu ou pas éclairées naturellement. *** - €€€
Privilégier les couleurs claires pour le plafond, les murs et le mobilier. * -
Définir l’emplacement des postes de travail de façon à profiter au mieux de la lumière naturelle, de préférence perpendiculairement à la fenêtre pour un meilleur confort visuel (attention, il est parfois préférable de baisser les stores et d’éclairer artificiellement pour éviter d’avoir à refroidir les espaces en cas de fort ensoleillement). * -
Éviter les salles de réunion dépourvues de fenêtre (pièces aveugles). ** +

 

Utiliser des équipements performants

  Facilité TRI Coût
Remplacer les ampoules classiques par des ampoules basse consommation de classe A (ampoules fluo compactes ou des lampes LED de qualité) plus économiques et avec une durée de vie supérieure. Cette solution est éligible aux CEE dans les DOM avec la fiche BAT-EQ-116. * +/- €€
Remplacer les tubes fluorescents de technologie T8 par des tubes T5 ou des tubes LED de bonne qualité. Les durées de vie sont plus longues et les consommations diminuées. La mise en place de luminaires pour tubes T5 est éligible aux CEE avec la fiche BAT-EQ-101. * +/- € à €€
Remplacer les ballasts existants par des ballasts à haute performance énergétique, de catégorie A2 ou de catégorie A1 si un système de gradation est mis en place. Ils permettent de réduire la consommation et d’allonger la durée de vie des tubes. Il existe 7 classes (A1, A2, A3, B1, B2, C et D) qui caractérisent leur efficacité énergétique. Cette solution est éligible aux CEE avec les fiches BAT-EQ-101 et BAT-EQ-106. ** +/- €€
Installer des détecteurs de présence dans les espaces occupés par intermittence. ** +
Promouvoir les bonnes pratiques auprès des occupants du site (éteindre la lumière, par exemple). * +
Supprimer les spots halogènes, y compris les halogènes basse tension, plus énergivores et coûteux. Ces lampes peuvent par exemple être remplacées par lampes à LED ou des lampes à iodure métallique céramique à ballast électronique. Ces dernières sont éligibles aux CEE avec la fiche BAT-EQ-108, avec la fiche BAT-EQ-126 pour les éclairages d’accentuation et avec la fiche BAT-EQ-127. ** -
Installer des Blocs autonomes d’éclairage de sécurité (BAES) à faible consommation. Cette solution est éligible aux CEE avec la fiche BAT-EQ-110. * +/- €€
Installer un système de mise au repos automatique de blocs autonomes d’éclairage de sécurité. Cette solution est éligible aux CEE avec la fiche BAT-EQ-113. ** +/- €€

 

Adapter la production au besoin d'éclairage réel

  Facilité TRI Coût
Éteindre les éclairages manuellement quand la lumière naturelle est suffisante. * +
Adapter le niveau d’éclairage en fonction des locaux, des postes de travail, des tâches, des occupants. Toutes les zones ne nécessitent pas les mêmes niveaux d’éclairement. Par exemple, 100 lux doivent être maintenus dans les zones de circulation et 500 lux dans les salles de réunion. ** +
Pour atteindre les niveaux d’éclairement nécessaires, compléter le système d’éclairage général par des éclairages d’appoint au niveau des postes de travail. Cela permet de diminuer la puissance de l’éclairage général de la pièce. ** +/- €€

 

Optimiser la régulation et le pilotage de l'installation

  Facilité TRI Coût
Installer des cellules photosensibles pour faire varier l’éclairage en fonction de l’apport de lumière naturelle (pour compléter un éclairage naturel insuffisant sans pour autant recourir à la pleine puissance de l’installation). Cette solution est éligible aux CEE avec les fiches BAT-EQ-101 et BAT-EQ-106. ** +/- €€
Programmer l’extinction automatique de l’éclairage la nuit et le week-end dans les espaces de circulation et les bureaux, une simple horloge peut se révéler suffisante (des dispositifs qui permettent de rallumer la lumière après l’heure fixée pour une période allant de 30 minutes à 2 heures). Cette solution est éligible aux CEE avec la fiche BAT-EQ-102 si les lampes sont des tubes fluorescents. ** +
Piloter les zones d’éclairage par gestion centralisée. Ces systèmes permettent un recueil d’informations réutilisé pour le pilotage. Ainsi, l’éclairage des paliers peut être piloté à l’ouverture des ascenseurs, l’éclairage artificiel adapté selon les apports de lumière naturelle, l’extinction à heure fixe peut être programmée… ** +/- €€
Intégrer au cahier des charges des prestataires de nettoyage ou de gardiennage l’extinction de l’éclairage le soir en cas d’absence de dispositif technique. * +/-

Sommaire du dossier :