Entreprises et monde agricole

Le saviez-vous ?

Mis à jour le 18/04/2018

Le séchage, qui consiste à extraire d’un produit une quantité d’eau en l’évaporant, est un procédé permettant de réaliser la production industrielle.

Quelques chiffres sur le séchage

Le séchage est une opération unitaire commune à de nombreux secteurs dans l’industrie. Il s'agit d'un poste de consommations énergétiques importantes. En 2014, il représentait ainsi 65 TWh, soit 21 % de la consommation totale industrielle (source : Chiffres clés 2015 Climat, air et énergie de l'ADEME).
Les mesures effectuées sur site montrent, tout secteur confondu, des surconsommations énergétiques de 30 à 100 %, ce qui correspond à une performance énergétique dégradée par des pertes trop élevées, du surséchage, de la surqualité, ou encore une technologie obsolète.
Par exemple, lors d’un surséchage, les quelques pour cent d’eau évacués inutilement peuvent représenter plus de 30 % de la consommation d’énergie totale de l’étape de séchage.

Les voies d'optimisation du séchage

Étudier le bilan énergétique du séchoir dans un objectif d’optimisation permet d’économiser significativement l’énergie de manière durable en apportant diverses améliorations. Et ce, que ce soit sur l'isolation, la suppression des fuites, la diminution des ouvertures, la modification des paramètres de conduite, la régulation, la récupération d’énergie, ou encore la production décentralisée avec plusieurs installations de faible puissance placées au plus près des zones de consommation.

Une autre action complémentaire consiste à effectuer une préconcentration par voie mécanique ou membranaire sur son système de séchage. Selon la technologie choisie, l’économie d’énergie peut aller de 20 à 40 %.

Sommaire du dossier :