Entreprises et monde agricole

Des conseils pour agir

Mis à jour le 20/11/2017

Pour réduire la consommation d’énergie, de nombreuses préconisations existent en agissant sur le chauffage, la climatisation, mais aussi sur l'eau chaude sanitaire, l'éclairage, la production de froid… Vous trouverez ici des pistes d’action.

Les actions à mettre en œuvre pour améliorer l’efficacité énergétique des hôpitaux et cliniques peuvent être distinguées selon les postes les plus consommateurs :  

Légende

Facilité Temps de retour sur investissement (TRI) Coût

*

Facile

+

Temps de retour à court terme

Coût faible

**

Moyennement facile

+/-

Temps de retour à moyen terme

€€

Coût modéré

***

Difficile

-

Temps de retour à long terme

€€€

Coût élevé

 

Gestion de l’énergie

 

Facilité TRI Coût

Sensibiliser le personnel aux bonnes pratiques de gestion de l’énergie.

*

+

Installer des compteurs sur les équipements les plus consommateurs
Cela permet de suivre les consommations d’énergie et ainsi savoir où sont les dysfonctionnements. En particulier, pour le chauffage, il est possible de limiter la surchauffe de certaines zones en fonction de l’orientation. De même, les compteurs d’eau chaude sont intéressants.

*

+/-

€€

 

Chauffage et climatisation

 

Facilité TRI Coût

Optimiser la régulation et la programmation du chauffage dans le but de contrôler précisément la température au plus proche du besoin.
Mettre en place un ralenti de nuit en fonction de l’occupation.
Bénéficier des apports naturels.
L’installation d’une régulation sur une installation non régulée permet jusqu’à 30 % d’économies sur la consommation de combustible.
Cette solution est éligible aux CEE par les fiches BAT-TH-108 (et BAT-TH-108-GT), BAT-TH-109 (et BAT-TH-109-GT), BAT-TH-116 (et BAT-TH-116-GT) et BAT-TH-117 (et BAT-TH-117-GT).

**

+/-

€€

Abaisser la température de chauffage. Une économie d’environ 7 % est observée sur les consommations pour une baisse de 1 ℃.

*

+

Isoler le bâti des établissements les plus anciens.
Il est possible de réduire les déperditions thermiques des planchers hauts et bas, des murs et des fenêtres. En moyenne, une économie d’énergie de 10 à 20 % sur le chauffage est envisageable.
Cette solution est éligible aux CEE avec les fiches BAT-EN-101 (et BAT-EN-101-GT), BAT-EN-102 (et BAT-EN-102-GT), BAT-EN-103 (et BAT-EN-103-GT), BAT-EN-105 (et BAT-EN-105-GT).

***

-

€€€

Mettre en place un équipement performant de production de chaleur :

  • Chaufferie biomasse qui offre l’avantage de substituer une énergie fossile par une énergie renouvelable. Les caractéristiques de fonctionnement des chaufferies biomasse sont adaptées aux besoins des hôpitaux et cliniques (fortes consommations régulières sur une longue saison de chauffe, en raison notamment de demandes importantes en ECS).  Cette solution est éligible aux aides ADEME à la décision (étude de faisabilité), et surtout à l’investissement dans le cadre du Fonds Chaleur.
    Cette solution est également éligible aux CEE avec la fiche BAT-TH-107.
  • Pompe à chaleur. Cette solution est éligible aux CEE avec la fiche BAT-TH-14 (et BAT-TH-14-GT).
  • Géothermie
  • Chaudière à condensation. L’économie d’énergie envisageable est de 10 à 25 % sur le chauffage. Cette solution est éligible aux CEE avec la fiche BAT-TH-102 (et BAT-TH-102-GT).

**

-

€€

Optimiser les débits et les températures de ventilation au niveau des centrales de traitement d’air dans les blocs opératoires pour réduire les consommations liées au chauffage et à la climatisation.
Ce poste représentant plus de 50 % de la consommation totale en électricité et en gaz.
Le ratio de consommation pour le chauffage est de l’ordre 250 à 450 kWh/m2 dans un bloc opératoire.
Néanmoins, il convient de respecter les exigences sanitaires.

**

+

€€

Récupérer la chaleur de ventilation
L’idée consiste à transférer la chaleur de l’air extrait vers l'air neuf. L’enjeu est particulièrement intéressant lorsque la ventilation est réalisée par une centrale de traitement d’air de débit d’air neuf supérieur à 10 000 m3/h. L’économie réalisable sur le poste de chauffage peut atteindre 50 %.
Cette solution est éligible aux CEE avec la fiche BAT-TH-126 (et pour les grandes tailles BAT-TH-126-GT).
De même, il convient de respecter les exigences sanitaires (risque de légionellose).
De manière plus générale, il est possible d'envisager la récupération de chaleur sur tous les procédés à forte déperdition d'énergie (blanchisserie, production de froid...)

**

+/-

€€

Équilibrer les réseaux de distribution.
L’objectif est d’alimenter (pression, débit…) correctement les différents circuits de l’installation. Une augmentation de 5 % du rendement de distribution est envisageable.

*

+

€€

Calorifuger les réseaux de distribution.
Cela entraîne une diminution des pertes sur le réseau de chauffage de près de 30 %.
Cette solution est éligible aux CEE avec la fiche BAT-TH-106.

**

-

€€€

Améliorer l'étanchéité à l'air et contrôler les débits.

**

+/-

€€€

Réduire les besoins de froid (confort d'été).

*

+

€€

 

Eau chaude sanitaire (ECS)

 

Facilité TRI Coût

Décentraliser, lorsque c’est possible, la production d’ECS.
En diminuant la longueur des réseaux, les pertes diminuent.

**

+/-

Produire de l’eau chaude avec une énergie renouvelable :

  • un système de chauffage solaire collectif, afin de réduire les consommations de combustible et d’augmenter l’autonomie du site concerné pour la production d’eau chaude sanitaire.
    Concernant le dimensionnement, il faut compter en moyenne 0,8 m² de panneau par lit. L’économie d’énergie réalisable est d’au moins 50 % des besoins en eau chaude sanitaire.
    Cette solution est éligible aux CEE avec la fiche BAT-TH-111 pour la France métropolitaine et BAT-TH-121 pour la France d’outre-mer.
  • une chaufferie biomasse, qui offre l’avantage de substituer une énergie fossile par une énergie renouvelable. Les caractéristiques de fonctionnement des chaufferies biomasse sont adaptées aux besoins des hôpitaux et cliniques (fortes consommations régulières sur une longue saison de chauffe, en raison notamment de demandes importantes en ECS).  Cette solution est éligible aux aides ADEME à la décision (étude de faisabilité), et surtout à l’investissement dans le cadre du Fonds Chaleur.
    Cette solution est également éligible aux CEE avec la fiche BAT-TH-107.

***

-

€€€

Récupérer les calories sur les eaux grises
En installant un échangeur de chaleur entre les eaux usées et l’arrivée d’eau du réseau, il est possible de préchauffer l’eau froide d’alimentation.

***

-

€€€

 

Eclairage

 

Facilité TRI Coût

Remplacer les lampes à incandescence par des lampes basse consommation (ou fluocompactes).
Cette solution est éligible aux CEE avec la fiche BAT-EQ-101.

*

+

Mettre en place un système de gestion de l’éclairage sur les locaux d’occupation intermittente.

*

+/-

€€

Remplacer des ballasts ferromagnétiques par des ballasts électroniques. Une diminution des pertes internes de 50 % par rapport aux ballasts ferromagnétiques est observée. De plus, en couplant cette solution avec les tubes T5, un gain de 20 % sur les consommations d’éclairage est envisageable.
Cette solution est éligible aux CEE avec la fiche BAT-EQ-109.

**

+/-

€€

Installer des détecteurs de luminosité.
Ils permettent un ajustement en temps réel du niveau d’éclairement de la zone en tenant compte de la lumière naturelle. Les niveaux d’éclairement doivent respecter les minimums réglementaires.

*

+/-

Placer des luminaires à vapeur de sodium sur les éclairages extérieurs.
Cette installation réduit de 15 % les consommations électriques des éclairages. Il est possible d’y associer des cellules crépusculaires pour tenir compte du niveau d’éclairement.

**

+/-

€€

Diviser les zones d’éclairage par sections afin d’éclairer selon le besoin.
Cette préconisation permet en outre l’extinction nocturne de certains espaces (parking…) tout en maintenant un éclairage sur les circulations.

**

+/-

€€

Concevoir des puits de lumière afin de bénéficier des apports de lumière naturelle.

**

+/-

€€

 

Production de froid

 

Facilité TRI Coût

Diminuer la température de condensation.
En effet, 1 ℃ de moins sur cette température entraîne un gain de 3 % sur les consommations électriques du groupe froid

*

+

Surveiller l’état des calorifuges.
Les gains sont particulièrement importants pour les gaines situées en terrasse.

*

+/-

€€

Remplacer les splits individuels par des groupes d’eau glacée.
Cela permet de maîtriser et comptabiliser la part du froid dans les consommations totales et d'améliorer le coefficient de performance des équipements.
Cette solution est éligible aux CEE par la fiche BAT-TH-132.

***

-

€€€

Mettre en place une VRV (Variable Réfrigérant Volume), système capable d’ajuster en continu le volume de réfrigérant en fonction des zones à refroidir. De plus, une production simultanée de chaleur et de froid est alors possible avec le même équipement.

***

-

€€€

Sommaire du dossier :