Collectivités et secteur public

Alimentation durable et gaspillage alimentaire

Mis à jour le 08/03/2018

L’alimentation durable s’impose comme un défi collectif à relever et comme une voie d’avenir pour les filières alimentaires. Quels enjeux sur l’environnement, quel rôle pour les collectivités, quid de l’agriculture urbaine ?

Agir pour une alimentation durable, de la fourche à la fourchette !

Source de plaisir et réponse aux besoins vitaux des hommes, l’alimentation est au cœur des enjeux environnementaux, sanitaires et socio-économiques.
Face à l’augmentation des besoins à l’échelle de la planète, l’alimentation durable s’impose comme un défi collectif à relever et comme une voie d’avenir pour nos filières alimentaires.
 

Quels sont les principaux enjeux sur l’environnement ?

  • contribuer à une chaîne alimentaire durable : mise à disposition des consommateurs des aliments à faible impact environnemental (bio, local, de saison…), écoconception sur l’ensemble de la filière alimentaire (soutien à l’agroécologie, développement de plateforme logistique, réduction des emballages…) ;
  • faire évoluer les pratiques alimentaires : achats responsables en circuits de proximité, affichage environnemental des produits, respect de la saisonnalité des produits, rééquilibrage des régimes alimentaires (intégration des légumineuses et diminution des protéines d’origine animale) ;
  • lutter contre le gaspillage alimentaire à chaque maillon de la chaîne : production, transformation, distribution, consommation. 

Quel rôle pour les collectivités ?

Donner du sens, fédérer un ensemble d’actions au service du projet commun de lutte contre le gaspillage alimentaire et le développement de l’alimentation durable… Les collectivités ont un rôle majeur à jouer ! Elles peuvent, dans leurs champs de compétences, intervenir à différents niveaux.​​
 

Animer des démarches de territoire

  • Animation d’un projet alimentaire territorial, pouvant être labellisés par le ministère de l’Agriculture
Zoom sur les Projets alimentaires territoriaux (PAT)

Pilotés principalement par les collectivités territoriales, ces projets collectifs ont pour ambition de rapprocher les producteurs, les transformateurs, les distributeurs et les consommateurs, pour développer l’agriculture durable sur les territoires et la qualité de l'alimentation, au bénéfice de tous.

L’ADEME voit dans les PAT un levier pour appréhender l’alimentation de manière transversale en travaillant à la fois sur les aspects économiques, sociaux et environnementaux. L’ADEME soutient les PAT qui développent un volet environnemental fort (production durable, réduction du gaspillage, changement de pratiques, préservation des sols) à chaque étape et encouragent tous les acteurs à aller vers une alimentation durable pour tous.

   
  • Inscription d’un volet « alimentation durable » dans des démarches impliquant l’ensemble des acteurs territoriaux :
    • mise en place d’un Plan climat-air-énergie territorial (PCAET) pouvant faire l’objet d’une labellisation Cit’ergie ;
    • adhésion au réseau Territoire à énergie positive (TEPOS) animé par le CLER ;
    • élaboration du plan territorial Zéro déchets, zéro gaspillage (ZDZG) ;
    • organisation de conférences-débats entre acteurs, réunions de concertation, partage de connaissances à travers de groupes de travail (agriculteurs, habitants, élus…).

Réorienter les politiques publiques

Une réorientation faite via des choix budgétaires, pour atteindre des objectifs territoriaux : soutien à l’agro-écologie dans les systèmes agricoles. 
 

Acheter et investir pour une agriculture durable sur son territoire

Envie d’insérer de l’agriculture urbaine dans votre territoire ?
La Recyclerie - Paris

Face à l’engouement que suscite l’agriculture urbaine, l’ADEME a cherché à décrypter cette notion émergente regroupant une grande diversité de projets.
 
Quels impacts sur l’environnement ?
Impossible de généraliser sur les impacts environnementaux des projets d’agriculture urbaine qui ont chacun leur spécificité !

Quels sont ses atouts ?
L’agriculture urbaine ne doit pas être considérée comme la solution miracle et durable pour nourrir les citadins. Mais elle est complémentaire à l’agriculture rurale et peut, dans une certaine mesure :
 

  • avoir un rôle pédagogique permettant aux consommateurs de se réapproprier la phase de production de l’alimentation, d’avoir accès à des produits locaux et de modifier leurs régimes alimentaires en allant vers plus de durabilité ;
  • participer à l’approvisionnement en denrées fragiles ;
  • avoir un rôle dans l’économie circulaire ;
  • favoriser la participation citoyenne. 

A télécharger

Plaquette Cit’ergie (PDF - 4.33 Mo - 14/02/2018)