Collectivités et secteur public

Éclairage public : un gisement d'économies d'énergie

La maîtrise de l’éclairage public est une source importante de réduction des consommations électriques. La vétusté des installations étant la principale cause de la surconsommation, l’ADEME incite les collectivités à renouveler leur parc.

Dans le domaine de l’éclairage public, les enjeux sont à la fois économiques, environnementaux et sociaux :

  • sécurité des personnes et des biens ;
  • maîtrise de la consommation d’énergie ;
  • diminution des nuisances lumineuses (pollution du ciel nocturne) ;
  • collecte et recyclage du matériel usagé.

En France, l’énergie consommée par l’éclairage public représente :

  • 41 % des consommations d’électricité des collectivités territoriales ;
  • 16 % de leurs consommations toutes énergies confondues ;
  • 37 % de leur facture d’électricité.
Même si la consommation moyenne pour une commune a diminué de 6 % par rapport à 2005, la dépense associée est restée stable du fait d’une forte augmentation du coût de l’électricité.

Le potentiel de réduction des consommations est énorme : 
  • plus de la moitié du parc est obsolète et surconsommatrice d’énergie : boules diffusantes, lampes à vapeur de mercure...
  • près de 40 % des luminaires en service ont plus de vingt ans.
Pour une collectivité locale, l’investissement initial nécessaire à la rénovation de son parc d’éclairage public peut sembler important mais il faut désormais raisonner en coût global et tenir compte :
 
  • de la performance des lampes, des luminaires et des systèmes qui les gèrent, ainsi que leur dégradation dans le temps ;
  • des coûts d’exploitation, de maintenance et de recyclage pour toujours garantir un service de qualité.
Pour  aider les collectivités à rénover leurs installations, l’ADEME met à disposition plusieurs outils et propose des financements.
Les petites communes peuvent aussi recourrir à un CEP (conseil en énergie partagé) dont les missions couvrent l'éclairage public.